IDAVOLL

Danemark - De l'avoine pour le dernier voyage du cheval d'un notable viking 

De nouvelles méthodes d'analyse aident les archéologues à rassembler les pièces du puzzle de l'une des plus riches tombes du temps des rois de Jelling.

Traces ADN, images 3D et analyse de la composition du sol. En quelques décennies, l'Archéologie a beaucoup évolué et dispose de technologies modernes pour fouiller le passé. Pour la première fois au danemarl, les chercheurs sont en capacité d'analyser des restes microscopiques de ce qui fut autrefois l'avoine d'un cheval, découverts dans une tombe de l'Âge Viking, celle du cavalier de Fregerslev.

Image 3D de la tombe du viking de Fregerslev - Photo: Skanderborg museumLes méthodes d'analyse avant-gardistes offrent de nouvelles perspectives souligne Peter Hambro Mikkelsen, directeur du département Archéologie au Moesgaard Museum. "Vous pouvez descendre à un niveau d'étude plus fin à l'aide du microscope et voir que de l'avoine a été déposé à côté du cheval", explique-t-il.

Par exemple, grâce aux phytolithes qui se trouvent dans la tombe. Il s'agit de petits silicates comme du verre qui se forment dans les plantes pendant leur croissance. Ils peuvent être identifiés pour une espèce particulière, de sorte que l'on peut savoir de quelle plante ils proviennent.

Cela fournit, entre autres, de nouvelles connaissances sur les animaux enterrés. Dans la tombe du Viking de Fregerslev à Skanderborg, la nouvelle méthode a permis de détecter des traces d'avoine. "Cela peut être compris comme une offrande de nourriture aux chevaux pour leur trajet vers l'au-delà. Nous savons que les gens apportaient de la nourriture pour le voyage, mais le fait que l'on ait fourni une nourriture aussi onéreuse à cette occasion est dorénavant une nouvelle connaissance", rapporte Peter Hambro Mikkelsen.

Bien que l'avoine, le cheval et le notable viking qui ont passé 1000 ans dans cette tombe, aient depuis longtemps disparu, les archéologues peuvent encore découvrir de qui il s'agissait en prélevant des échantillons d'ADN sur le sol, là où se trouvait le corps. "Étant donné que nous avons la possibilité de fouiller jusque dans les moindres détails, nous pouvons acquérir avec les technologies dernier cri de nouvelles informations, souvent tout à fait surprenantes, à la manière d'une série sur l'Histoire du Danemark telle qu'on en voit à la télévision", dit Peter Hambro Mikkelsen.

 

fouilles Danemark découverte archéologie viking

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !