IDAVOLL

Danemark - Les plus anciennes toilettes du Danemark dateraient de l'Âge Viking

Un trou profond avec des selles humaines a été mis au jour sur un site de l'Âge Viking. Il s'agit probablement des plus anciennes toilettes du Danemark - et en plus, elles ont brûlé! Cependant, selon un archéologue, cette découverte vient contredire toutes les sources historiques.

Sur un site viking dans la région de Stevns, les archéologues ont mis au jour un trou profond de 2 mètres; mais pas n'importe quel trou. C'est un trou rempli de selles humaines qui se serait trouvé abrité par une petite cabane. En d'autres termes: des toilettes. 

La datation au carbone 14 de la couche d'excréments pointe l'Âge Viking, et ce trou représente donc très probablement les plus anciennes toilettes jamais découvertes au Danemark. "Ce fut une découverte tout à fait fortuite. Nous recherchions des maisons fosses, c'est-à-dire des ateliers semi enterrés, et cela y ressemblait en apparence - mais nous avons vite réalisé qu'il s'agissait de quelque chose de complètement différent", relate Anna S. Beck, doctorante du Sydøstdanmark Museum.

 

Une découverte qui n'a rien d'évident

Pour autant, il n'était pas si évident qu'il s'agisse véritablement de toilettes de l'Âge Viking. Pas quand elles se trouvent en pleine campagne. 

En plus de représenter les plus anciennes toilettes sèches du Danemark, les archéologues ne sont jusqu'à présent jamais tombés sur ce type de toilettes de l'époque, selon Anna S. Beck. " Nous avons connaissance de l'existence de cabinets d'aisance dans les cités de la fin de l'Âge Viking et du début du Moyen-Âge, mais pas du tout dans les villages ou les fermes. On imaginait jusque là que les gens utilisaient leurs excréments comme fumier dans les champs ou qu'ils se soulageaient dans l'étable. Je suis quelque peu surprise des résultats des analyses d'échantillons."

Les analyses des macrofossiles, à savoir celle des grains de pollen et des graines de céréales, ont été réalisées par deux archéobotanistes du Musée national, révélant, entre autres, la présence de graines minéralisées dans une couche inférieure du trou, un processus qui résulte des conditions anoxiques [insuffisance d'apport en oxygène] avec une teneur élevée en phosphate. De plus, l'examen de l'échantillon a montré une concentration importante de larves de mouches dans la couche du sol.

Les deux résultats indiquent donc clairement que le fond du trou a bien accueilli une couche d'excréments.

Les lignes sombres correspondent aux différentes couches d'excrément dans ce qui pourrait être les plus anciennes toilettes, de l'Âge Viking, au Danemark - Photo: Anna S. Beck

Des lieux d'aisance jusqu'à présent passés inaperçus? 

Dans les villes, la concentration de gens à l'Âge Viking signifiait beaucoup de selles au même endroit, ce qui rendait donc nécessaire de systématiser leur traitement.

Ailleurs en campagne, en principe, cela pouvait servir de fumier et donc être recueilli et utilisé comme une ressource. Voilà l'explication générale des raisons pour lesquelles on ne trouvait pas de toilettes dans les établissements ruraux, du moins jusqu'à présent.

L'une des questions intéressantes maintenant est de savoir si avoir de telles toilettes étaient en fait un phénomène répandu que les archéologues auraient négligé pensant qu'il n'en n'existait pas, soulève Anna S. Beck.  "Nous avons pu enregistrer des milliers de ces fosses auparavant sans penser à des lieux d'aisance. Seule une couche sombre se distingue. Lorsque vous creusez dans les villes, vous êtes rarement dans le douteMais il ne s'agit pas des mêmes couches organiques dans un champs et dans une ville, alors on tombe sur un degré complètement différent du processus de décomposition ".

 

Du miel, ou de l'hydromel, dans les selles

Les excréments se sont accumulés au fil du temps dans un trou profond de 2m, d'après les analyses scientifiques effectuées. Il semble également probable que les selles soient d'origine humaine.

En outre, les analyses du pollen indiquent, dans les mêmes couches du sol, autrement dit celles des excréments, une teneur très élevée de pollen provenant de plantes pollinisées par les insectes, à savoir des fleurs. Le pollen de fleurs se retrouve en particulier dans le miel qui est généralement considéré comme un aliment de consommation humaine, rapporte Anna S. Beck. "Je ne sais pas si les Vikings mangeaient là des encas au miel, ou s'ils consommaient de l'hydromel, mais il n'en reste pas moins qu'il s'agit de pollen propre au miel, et que l'on en donne rarement aux animaux."

Par ailleurs, les analyses de pollen ont également démontré qu'il y avait très peu de pollen volatile dans le sol, ce qui suggère que le trou ne se trouvait pas à ciel ouvert.

 

Des toilettes à la mode?

Lorsque les résultats des analyses de pollen sont revenus, Anna S. Beck est prestement retournée sur le site archéologique afin de savoir s'il n'y avait pas quelque chose qu'elle aurait oublié.

Là, elle a découvert deux trous de poteaux, de chaque côté du trou, qui pourrait bien correspondre selon elle à un petit abri fermé. "Cela montre qu'une petite cabane peut avoir été construite autour, ce qui pourrait expliquer l'absence de pollen volatile. Dans la fosse d'aisance se trouvent également des restes de matériaux de construction qui peuvent provenir du même bâtiment quand il a été démoli."

Les vestiges de matériaux de construction sont également brûlés. Pourquoi, l'histoire ne le dit pas. Ni pourquoi, soudainement, quelqu'un se serait mis à construire une structure qui, en fin de compte, n'était pas répandue à l'époque. "Il se pourrait bien qu'il y ait eu une 'mode' qu'un notable de Stevns aurait lancée. Peut-être inspirée d'un voyage plus au Sud? Personne n'en a découvert avant, alors c'est donc difficile à dire" , dit Anna S. Beck.

 

Détourner le regard des sources écrites

Anna S. Beck se réfère en grande partie aux sources écrites dans son entreprise. Elle s'en détourne aussi, selon ses propres mots "un peu intentionnellement", et tente de s'appuyer sur ce que le matériel archéologique peut dire en soi.

"Les sources historiques ont toujours été considérées comme plus «proches» des gens, de ce qu'ils étaient et pensaient, que les sources matérielles. Par conséquent, les découvertes archéologiques sont souvent utilisées pour illustrer l'histoire. Mais parfois, cela revient à faire violence aux découvertes archéologiques, parce que vous ne pouvez pas les aborder pour ce qu'elles représentent en soi" explique-t-elle avant de continuer: "J'essaie de changer les choses et d'avancer que le matériel peut contenir d'autres parties de l'histoire qu'il faut envisager. Le matériel pose des questions, et si nous ne les prenons pas en compte, elles n'obtiendront certainement jamais de réponses."

 

Le concept de toilettes serait bien plus récent

Personne ne peut ignorer totalement les sources historiques, selon l'archéologue Kjartan Langsted, conservateur au Musée Nordsjælland. Il n'a pas participé aux fouilles à Strøby mais a appris ce qui a été découvert.

Il souligne que selon l'ethnologie - un terme qui couvre l'étude des comportements humains et de la vie quotidienne dans les sociétés aussi bien contemporaines qu'historiques - le concept de toilettes est une impasse. "Mon principal argument contre cela est que les toilettes sont un concept relativement nouveau d'une période récente. Les sources ethnographiques indiquent qu'il s'agit de quelque chose qui fera son introduction dans le milieu rural seulement dans le milieu des années 1800. Avant cela, il était normal de se soulager sur le tas de fumier ou dans l'étable" , dit-il, avant d'ajouter:

"Aujourd'hui, les toilettes sont quelque chose de très privé, mais cela ne signifie pas que c'était le cas avant. Toute chose était une ressource et cela a dû être exploité comme tel."

 

Une idée qui n'est pas à rejeter

Kjartan Langsted n'exclut pas le fait que le concept des toilettes puisse avoir été introduit dès l'Âge Viking - mais dans ce cas il s'attendrait à l'observer dans un environnement plus aristocratique qu'à la ferme de Strøby, qui a peut-être bénéficiée d'une certaine aisance sociale, mais pas d'un niveau comparable, par exemple, à Lejre.

"D'après ce que je peux voir dans des sources plus récentes, cela semble étrange que ça puisse se présenter à cet endroit et à cette époque. Mais cela ne signifie pas que je rejette l'idée. Il y a aussi de solides arguments en sa faveur tels que les études scientifiques montrant la présence d'excréments", nuance Kjartan Langsted.

"Mais, on peut également penser qu'ils (les excréments, ndlr.) ont atterri dans le trou d'une autre manière."

 

Une plus grande distance entre les hommes et les animaux

Anna S. Beck explique qu'elle a généralement rencontré de la résistance dans le milieu professionnel sur le fait que le trou puisse être interprété comme des toilettes. "Ce qui est intéressant, parce que je trouve que c'est difficile à rejeter." 

Anna S. Beck projette d'écrire un article scientifique sur les toilettes vikings de la ferme de Strøby quand elle aura obtenu son doctorat. Et elle conclut ainsi:

"L'idée seule que des excréments devraient être une ressource pour les champs implique que les gens ont eu une conception moderne et rationnelle de la vie. Mais on sait à travers les différentes cultures dans le monde entier que le traitement des selles est entouré de règles et de tabous culturels et sociaux complexes. Ainsi, de la culture des toilettes, on peut en apprendre beaucoup sur les normes et les règles de la société en question. Nous savons par exemple que les animaux, qui ont vécu sous le même toit que les gens pendant plus de mille ans, ont été éloignés des habitations des hommes à cette époque. La distance entre les humains et les animaux est donc devenue plus importante, à la fois physiquement et probablement aussi mentalement. Cette idée alors pourrait ne pas vraiment bien correspondre au fait d'aller s'accroupir dans l'étable pour faire ses besoins avec les animaux."

Danemark fouilles découverte archéologie viking

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Idavoll vous souhaite une bonne année!

 

Un court-métrage mythico-fantastique réalisé par Let's Dream Entertainment, partenaire officiel d'Idavoll.

Remerciements:

Chris La Minotaurette, Youri Pitoisov, Mathéo, Boendr Brok, Antoine Nadalin, 

Le Repaire d'ASGEÏR et Let's Dream Entertainment

Merci également à tous les lecteurs abonnés à Idavoll pour votre soutien et vos partages.