IDAVOLL

Danemark - Une IA lancée à la recherche de nouvelles forteresses vikings

Depuis la découverte de Borgring près de Køge en 2014, les archéologues danois se demandent si le roi viking Harald à la Dent bleue n'aurait pas construit plus de forteresses circulaires que les cinq actuellement connues. Aujourd'hui, deux nouveaux sites potentiels ont pu être localisés grâce à une prouesse d'intelligence artificielle.

Le travail a été considérable pour déterminer par où commencer les recherches. Dans une nouvelle étude publiée le 12 Août 2019 dans la revue scientifique Remote Sensing, trois chercheurs danois ont présenté une nouvelle méthode en capacité d'indiquer où, dans le paysage, il y a la plus grande probabilité de trouver une forteresse circulaire. Et deux sérieuses candidates se trouvant dans le Jutland du Sud et sur l'île de Lolland ont d'ores et déjà été ciblées.

"Nous avons créé un programme qui, à l'aide de nos descriptions de ce à quoi ressemble une forteresse, est en mesure de les rechercher dans tout le Danemark, d'identifier et de hiérarchiser les lieux que nous devrions peut-être explorer de plus près", a déclaré le professeur Søren Munch Kristiansen, du département de Géoscience de l’Université d’Aarhus. 

 

Comme des "formes de pizza" dans le paysage danois

Les chercheurs se sont inspirés, entre autres, de la manière dont la science médicale utilise l'intelligence artificielle qui, grâce à un programme contenant beaucoup d'informations sur les maladies, permet d'établir un diagnostic en fonction des symptômes du patient. "Nous avons adopté l'approche du monde médical, où il est possible également d'alimenter une base de données avec les dossiers des patients et d'établir des diagnostics. Sauf qu'ici, nous trouvons juste des forteresses" a expliqué Søren Michael Sindbæk, qui a participé au développement de l'intelligence artificielle en travaillant sur les critères déterminants d'une forteresse circulaire. Archéologue et directeur de recherche à l’Université d’Aarhus, il a également participé, avec Søren Munch Kristiansen, aux fouilles de la forteresse Borgring.

Søren Michael Sindbæk et Søren Munch Kristiansen ainsi que David Stott, archéologue au Musée Moesgård et chercheur en modèles informatiques, chargé ici du développement et de la programmation de l'intelligence artificielle, ont donc configuré un nouveau programme en capacité de rechercher des cercles dans le paysage danois sur la base d’un modèle algorithmique avancé. Ils ont appliqué ce logiciel à une cartographie du Danemark, le Danmarks Højdemodel, réalisée grace à un balayage laser aéroporté appelé lidar (Laser Detection And Ranging, ou "détection et estimation de la distance par laser").

"En somme, nous avons demandé au programme de rechercher des 'formes de pizza'. Un cercle divisé en quatre parties, où le relief perceptible est faible, à l'instar d'une croûte de pizza, décrit assez bien ici l'aspect des vestiges d’une forteresse circulaire mille ans après son abandon", a expliqué Søren Munch Kristiansen.

Cependant, avec ces instructions, l'IA a également détecté de nombreux ronds-points, stades sportifs, sites industriels et fosses à lisier, soit près de 202 048 éléments circulaires. Et même après que les chercheurs aient fait le tri, ils restaient encore 2 800 résultats à examiner. "Bien sûr, il n'y a pas autant de forteresses ciruclaires. Nous avons donc ajouté plus de critères. Par exemple, on s'attend à ce qu'une forteresse se trouve sur une colline, qu'il y ait une pente en raison de ses larges remparts, et puis une forteresse circulaire est en général parfaitement ronde", a précisé le géoarchéologue.

 

Borgø et Trælbanke, meilleures candidates

Danemark - Trælbanke et Borgø ressemblent beaucoup à Borgring, l'une des cinq forteresses circulaires connues - Image: Stott et al.Après avoir affiné le filtre des recherches, l'IA a fini par détecter deux formes pouvant correspondre, avec la plus grande probabilité, à des forteresses circulaires. 

Les deux sites se trouvent respectivement à Borgø sur l'île de Lolland, juste au sud de Maribo, et à Trælbanke, au nord de Höjer, dans la municipalité de Tønder, près de la frontière allemande. Ils ont en commun d'être des sites d'établissement déjà connus, soit avant, soit après l’Âge Viking. À Trælbanke, les chercheurs supposaient qu'il s'agissait d'une implantation de l'Âge du Fer, car plusieurs maisons et objets de cette période ont été découverts dans la région. Et à Borgø, il y a un château du Moyen Âge, appelé Refshaleborg.

 "Lorsque vous examinez les relevés du Lidar, cela concorde avec les forteresses connues. Il serait donc peut-être intéressant de se pencher à nouveau sur ces endroits et de les examiner de plus près", a confié Søren Michael Sindbæk, soulignant de la sorte la performance de leur programme de recherche.

Ce dernier en veut pour preuve qu'il a été découvert à Borgø du bois pouvant remonter à l'époque viking, précisément au moment où Harald à la Dent bleue faisait construire les forteresses. "Il s'est au moins passé quelque chose ici à l’Âge Viking, mais apparemment personne n'y a accordé de l'importance (lorsque les premières découvertes ont été faites, ndlr). Par conséquent, cela vaut peut-être la peine de fouiller davantage pour voir s’il pourrait y avoir des traces d’une forteresse sous le château médiéval", a spécifié l'archéologue.

 

Un moment-clé de l'Histoire du Danemark

Il existe déjà 5 forteresses circulaires au Danemark que les archéologues étudient: Trelleborg, Fyrkat, Aggersborg, Nonnebakken et Borgring. Mais pour les deux chercheurs, être en mesure d'en localiser deux supplémentaires revêt une grande importance pour l’Histoire du pays.

"La construction des forteresses circulaires est la plus grande entreprise de l'Âge Viking que nous puissions observer aujourd'hui. Elles constituent un tournant dans la compréhension de ce qui s'est passé au Royaume du Danemark. Par conséquent, nous aimerions comprendre comment tout cela s'est enchaîné. S'il s'avère qu'il y a d'autres forteresses, il faudra réévaluer un point majeur de l'Histoire du Danemark", a déclaré Søren Michael Sindbæk.

Les forteresses circulaires ont probablement été construites par Harald à la Dent bleue vers les années 970-980, après la réalisation des pierres de Jelling à la fin des années 950. "Quelque chose de nouveau s'est passé à ce moment-là. Harald à la Dent bleue s'est converti au christianisme et on se demande si les forteresses étaient là pour protéger son peuple ou si elles ont été construites pour le garder sous contrôle. Si c’était pour les protéger, on peut penser qu’il devrait y en avoir davantage", a poursuivi l'archéologue.

 

Des anneaux plus petits et des sites excentrés

Mads Thagård Runge, archéologue et directeur de recherche au Musée de la ville d’Odense, est responsable des fouilles menées à la forteresse de Nonnebakken. Il n'a pas participé à la nouvelle étude, mais en a pris connaissance: "C’est une méthode fascinante et une bonne idée pour résoudre le problème de savoir s’il y a plus de forteresses circulaires. Il est vraiment intelligent de pouvoir utiliser son ordinateur pour traiter une grande quantités de données assez rapidement."

Toutefois, il n'est pas entièrement convaincu que de nouvelles forteresses puissent se trouver sur les deux sites désignés par l'IA: "Je suis un peu sceptique quant à savoir si les deux sites qui ont été découverts sont les plus pertinents. Les anneaux des deux nouvelles candidates sont plus petits que ceux des autres, et en plus, la distance entre les forteresses connues est très uniforme, alors qu'ici les deux nouvelles se trouvent légèrement excentrées (par rapport à leur emplacement, ndlr)."

 

Borgø et Trælbanke vont faire l'objet d'une enquête

À Borgø, les archéologues n’avaient probablement jamais envisagé la présence d'une forteresse circulaire, car il existe un château médiéval bien visible. Mais, d'après les chercheurs à l'origine de la nouvelle étude, la découverte réalisée par l'intelligence artificielle livre une lecture différente de la région.

"Nous pensons qu'il y a peut-être eu un édifice plus ancien sous le château médiéval de Refshaleborg et que sa conception correspond parfaitement à celle d'une forteresse circulaire. C’est peut-être la raison pour laquelle il se confronte à notre système", a déclaré Kristiansen.

"Nous avons maintenant des endroits précis où chercher. L'étape suivante consiste à creuser et à effectuer des mesures géophysiques avec les musées locaux pour voir s'il reste d'autres indices à suivre", a annoncé Sindbæk. 

"Et s'il s'avérait que les deux forteresses les plus évidentes que nous indiquons ici ne datent pas de l'époque d'Harald à la Dent bleue, notre étude posera toutefois de nouvelles questions aux archéologues: car si ces deux potentielles enceintes de forteresses circulaires ne sont pas son œuvre, qui a pu posséder une technique de construction aussi avancée avant ou après lui?", a conclu Kristiansen.

viking Danemark forteresse circulaire Borgø Trælbanke Harald Bluetooth

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !