IDAVOLL

HEILUNG - Drif, ou l'heure du rassemblement

HEILUNG est réputé pour ses compositions essentiellement inspirées par l'Europe du Nord à l'Âge du Fer et à l'Âge Viking. Avec son nouvel opus, le trio ne renonce en rien à ses sujets de prédilection mais il élargit sa toile sonore jusqu'à la Mésopotamie en suivant le fil qui relie chaque culture à une autre. Idavoll vous invite à la découverte de l'ouvrage d'art pluridimensionnel, judicieusement nommé "Drif", de ces passeurs d'histoire.

Pendant les longues années où j’ai pu me consacrer à la chronique d’albums strictement "Metal", jamais je n’ai eu la chance d’œuvrer pour un site tel qu’Idavoll dont l’identité est une évidence et où mon style musical de prédilection n’est qu’une composante, sans que cela ne soit péjoratif. Alors, commencer ici par HEILUNG est probablement la chose la moins évidente qu’il m’ait été donné de faire et à n'en pas douter, une expérience des plus déroutantes.

 

Heilung - Photo: Andy Julia

Christopher Juul, Maria Franz, Kai Uwe Faust

 

  • Groupe: HEILUNG
  • Album: Drif
  • Label/ Distributeur: Season Of Mist
  • Date de sortie en France: 19/08/2022
  • Genre: Folk Expérimental
  • Type: Lp -  9 titres
  • Durée: 59 min

 

 

  • Chronique à 4 mains: Laurent C., aka Oncle Machin, et Kernelyd

 

Un collectif rituel

Pour ceux qui les découvriraient, HEILUNG, dont le nom signifie "guérison" en allemand, est un groupe néofolk expérimental fondé en 2014 par le tatoueur allemand Kai Uwe Faust et le producteur danois Christopher Juul, rapidement rejoints par Maria Franz, chanteuse et compositrice multi-instrumentiste norvégienne.

Le groupe décrit lui-même avec justesse sa musique comme une "histoire amplifiée", soulignant au passage, sans idéologie politique ou religieuse, sa capacité à connecter la société moderne aux rudiments des débuts de l'humanité, et en particulier à l'histoire des sociétés du haut Moyen Âge et de l'Âge du Fer du Nord de l'Europe, à travers les ambiances sonores qu'il développe.

Mais le terme "groupe" suffit-il à définir ce qu'est HEILUNG? Facture instrumentale, composition, poèsie, interprétation, narration, illustration, le trio est passé maître dans l'art de la mise en scène comme de la mise en son. HEILUNG ne joue pas avec les limites et les frontières, il les transcende allègrement. HEILUNG ne joue pas 'seulement' de la musique, il initie son auditoire à un rituel, une transe, dont il ressort une entité à part, née de cette communion.

À l'instar de son logo qui illustre le digipack du nouvel album, HEILUNG se trouve à la croisée des ramifications du passé et du présent, au chevet d'une humanité dont la cime, à force de grandir, s'éloigne de ses racines aussi diverses que multiples, au risque de rompre. L'entité 'heilungienne' y remédie en tissant en filigrane une toile de fond unificatrice alors même qu'elle élargit avec Drif, le spectre de ses investigations aux quatres points cardinaux. Du vieux norrois au latin, en passant par l'allemand, le vieil islandais ou encore l'akkadien, des terres septentrionnales à la Mésopotamie, la voie de la guérison passe plus que jamais par une reconnexion à notre histoire transcrite sur une bande son certes polyglotte, mais dont le langage émotionnel, lui, est universel.

L'écriture, des partitions et des paroles, quand il ne s'agit pas de revisiter un authentique témoignage du passé, est étayée de minutieuses recherches historiques pour mieux évoquer les cultures anciennes, non comme des îlots égarés sur une frise chronologique, mais dans leur contiguïté et continuité. 

Les différentes techniques de chants, chants de gorge, fry et chuchotements entre autres, mais aussi l'usage de sons électroniques qui s'entremêlent aux instruments traditionnels et aux percussions corporelles sont le soutènement terriblement efficace de la dialectique à l'oeuvre tout du long entre un autre temps et un autre lieu, et participent brillamment à jeter un pont entre l'Homme et son héritage immatériel.  

Au fil de l'album, comme au cours d'un voyage cathartique, HEILUNG remonte la grande horloge tumultueuse des Âges. 

 

Drif, piste par piste

01. Asja

Morceau d’introduction de "Drif", cette pièce musicale est à proprement parler une chanson conçue pour délivrer "amour, prospérité et protection. La chanson contient quelques lignes tirées du ‘Hávamál’ combinées à une sélection de formules de bénédiction destinées à aider l’auditeur dans les moments difficiles”, explique HEILUNG. 

Après avoir passé un mois d’isolement, de jeûne et de médication, Kai Uwe Faust est à l’origine de cette composition dont il qualifie volontiers la structure de "simpliste". La musique, oragnique, est pétrie de sons produits avec le corps, avec des tambours, des bruissements de feuilles et des frottements de balais de paille, soutenus par la lyre à archet. L’intégralité des paroles est en vieux norrois.

La voix de Maria Franz se fait juvénile, presque régressive, tandis que les harmonies et les gammes dessinent l'intemporalité d'une vibrante mélodie. Les voix de gorge viennent surligner les percussions dans une symbiose aussi voluptueuse qu'envoûtante. Tout concourt ici à faire tomber les barrières et invite à une forme d'abandon.

Notons d'entrée le caractère exceptionnel de la captation qui, par sa pureté, laisse la place à toutes les sonorités de bouche, de respiration et bruits habituellement effacés au titre de la 'propreté musicale'. Une leçon de naturel capable d'apporter une profondeur spectrale et sensuelle à ce qui pourrait n'être qu'une plate ritournelle. Voilà qui donne le ton.

Le dernier mouvement s'enclenche quasiment à 1 minute de la fin du morceau: un scandement des voix masculines et féminine parfaitement synchronisé avec les percussions. Dans cette apothéose chargée en émotions, on se surprend à écouter son propre cœur battre à l’unisson....oui, le voyage dans les temps anciens a déjà commencé.

 

02. Anoana

Les paroles de ce titre sont principalement inspirées de bractéates découvertes en Europe du Nord et datées du IVème au VIIème siècle.

Ces pièces de monnaie en or transformées en amulettes servaient probablement à protéger ceux qui les portaient, à exaucer leurs voeux, voire à faire de la divination. C'est du moins, d'après les interprétations qui en sont faites, ce que donne à penser leur riche iconographie influencée par les monnaies romaines.

Kai Uwe Faust a savamment retranscrit les runes présentes sur certaines d'entre elles afin de constituer l'alphabet d'une langue incantatoire, socle d'une énumération scandée de sorts codés qui viennent ranimer la magie de la période des migrations et du haut Moyen Âge.

Dans un contraste de douceur et de puissance, entre canons, boucles et répétitions, la voix de Maria Franz agit comme une lame de fond, plongeant l'auditeur au coeur du cycle de la vie, et par extension de l'Histoire où alternent le temps de la prospérité - quand le Nord brillait de tout son or - et les Âges sombres.  

La maîtresse de cérémonie apporte également sa maîtrise du jouhikko, 'cousin' finlandais du plus ancien tagelharpa joué à l'Âge Viking.

 

03. Tenet

Une fois de plus, HEILUNG met la complexité au service de la simplicité et inversement. 

Cette chanson a en effet été élaborée d'après le palindrome latin du carré SATOR ("SATOR, AREPO, TENET, OPERA, ROTAS"), dont le plus ancien exemplaire connu a été découvert dans les ruines de Herculanum où il fut enseveli sous les cendres du Vésuve en l'an 79 de notre ère. 

Bien que selon les combinaisons, le sens initial des mots se trouve parfois altéré au point de brouiller l'exactitude des traductions, ce palindrome est d'autant plus remarquable qu'il se lit non seulement en avant et en arrière, mais aussi en diagonale dans les deux sens. Le défi, largement relevé ici par les musiciens, a donc consisté à composer une mélodie, écrire une partition - et même en partie des paroles - qui restent identiques, quel que soit le sens de lecture.

Tenet... un jeu d'enfant à en croire, dans une forme d'auto-dérision, les voix d’enfants qui introduisent le morceau en répétant avec application le carré magique. Elles ne se taisent que lorsque résonne un son plein de gravité qui n'est pas sans évoquer celui d'un carnyx...Place aux murmures susurrés et aux nappes de voix qui viennent s'étendre comme une brume sur la répétition hypnotique du palindrome, seul point d'amarrage pour l'auditeur immergé durant près d'un quart d’heure dans une véritable introspection… expérience troublante et inattendue dont on ressort comme d'une chrysalide.

L’emploi du fry démontre toute la maîtrise vocale de Maria Franz qui le déclenche ici sur des voyelles fermées et donc particulièrement ardues.

 

04. Urbani

Les paroles d'Urbani se réfèrent directement à l'œuvre majeure de Suétone, Vie des douze Césars, où l'auteur évoque les relations amoureuses de Nicomède IV de Bithynie et du jeune Jules César. Il écrit au sujet de ce dernier que "sa réputation à l'égard des mœurs ne fut jamais entachée que par son intimité avec Nicomède" et que "cela lui valut un déshonneur grave et durable qui l'exposait aux insultes de tous"

Pour preuve, Suétone cite ensuite les railleries des ennemis politiques du futur consul et rapporte ce que chantaient à plein poumons les légionnaires romains lors du défilé triomphal de Jules César à Rome, après qu'il ait remporté la guerre des Gaules: "César a soumis les Gaules et Nicomède César, voici que maintenant César triomphe, lui qui a soumis les Gaules; Nicomède ne triomphe pas, lui qui a soumis César".

Si ces paroles écrites en latin ont traversé les siècles jusqu'à nous, il n'existe aucune trace de mélodie. Dans un souci d'authenticité, HEILUNG a eu l'idée de les déclamer à la cadence du pas victorieux de toute une armée: "nous avons pris les mots et les avons mis à la vitesse de marche la plus élevée que nous connaissions des armées au cours de ce siècle".

De par sa position sur l'album, entre l'ingénieux Tenet (13:05) et le terrassant Keltentrauer (8:26), Urbani (2:55) rassemble tous les marqueurs d'un interlude en forme d'exutoire, pour ne pas dire 'défouloir'. 

La marche militaire choisie comme expression musicale est mise au service d'un pied de nez à l'une des figures les plus universelles de l'Histoire et la plus marquante du monde romain. Au rythme des pas et des javelots frappant le sol, HEILUNG n'ouvrirait-il pas une voie de guérison contre toute tentation d'une glorification de l'hégémonie?

 

05. Keltentrauer

La cadence musicale cède la place au temps narratif. HEILUNG a pris pour habitude de placer de longs poèmes sur ces différents albums et Keltentrauer est un de ceux là, composé il y a déjà deux décennies en allemand.

Nul besoin néanmoins de connaître la langue pour comprendre ce qui se joue dans ce récit fictionnel, à la fois apocalytique et fondateur, qui prend place au tournant du Ier siècle avant notre ère: les tribus celtes affrontent la puissante armée romaine, lutte inégale dans laquelle s'opposent deux visions du monde.

Les inflexions de la voix comme les silences, aussi assourdissants que le fracas de la bataille à son paroxysme, font corps avec l'ambiance sonore au point de rendre palpables la tension qui s'installe crescendo, l'explosion de violence, l'impuissance, puis l'agonie, puis le trépas... Le drame en cinq actes vire inexorablement à la tragédie alors que le feu crépitant vient faire table rase de l'ancienne culture dans le chant des hurlements. De loin en loin, les carnyx pleurent d'un son étouffé ce qui ne sera bientôt plus. Dans un dernier souffle, tout s'éteint, et se tait.

Point d'envolées de notes épiques, juste la réalité crue et amère d'une dévastation qui sature les sens, met les nerfs à vif et s'impose de plein fouet à l'esprit, en y laissant traîner un profond sentiment de malaise. Cette 5ème piste, âpre, semble tester la volonté et la capacité-même de l'auditeur à poursuivre le voyage dans la nuit des temps.

 

06. Nesso

À la suite de Keltentrauer, Nesso réunit tous les éléments d'une autre bataille, mais d'un genre différent. Le titre est un mot issu du vieux haut allemand signifiant "ver". Ce ver, explique HEILUNG, est dans les anciennes croyances germaniques une incarnation de la douleur qui se diffuse en rampant dans le corps d'un être vivant, ou se fixe à un endroit; le seul moyen de l'en extraire est de faire appel à la magie d'un sorcier.

Maria Franz interprète ici dans la langue d'origine l'un des sorts utilisé pour guérir la jambe d'un cheval. L'illustration sonore des déplacements du ver dans la chair tremblante de l'animal donne le rythme, introduit les instruments, puis le chant et impulse la mélodie. Alors que le rituel commence, le léger frottement symbolisant la douleur en train de ramper se mêle en contrepoint aux percussions qui évoquent les battements de coeur de l'équidé. 

La chanteuse, à l'instar d'une actrice, a été amenée selon les dires du groupe "à imaginer qu'un animal qu'elle aime beaucoup est sur le point de mourir". Tandis qu'elle explore les limites de sa tessiture, la voix, poignante, laisse transparaître toute la charge émotionnelle. Luttant de son propre aveu contre les larmes, Maria Franz semble littéralement jeter ses dernières forces dans le combat contre Nesso.

 

07. Buslas bann

Ce morceau a été inspiré par la Saga Bósa, écrite au XIIIème en Islande, qui raconte comment, poussés par de fâcheuses circonstances, le jeune Herrauth et son compagnon d'armes, Bósi, livrèrent une bataille rangée contre le père de Herrauth, le roi Hring. Faits prisonniers, ils devaient être mis à mort dès le lendemain; mais la vieille Busla, la mère nourricière de Bósi, une sorcière très expérimentée dans la magie, approcha le roi pendant la nuit pour le menacer en prononçant une malédiction capable de le détruire.  

La malédiction appelée "malédiction de Busla" (Buslas bann) se compose de 9 strophes formulées dans un langage extrêmement grossier. La dernière strophe, notamment, invite le roi à résoudre une énigme pour échapper au sortilège: il doit deviner les noms de 6 guerriers qui sont cachés dans une série de runes, elles-mêmes organisées en 6 groupes de 6 caractères. 

HEILUNG parvient de manière magistrale à retranscrire cette redoutable imprécation au moyen de voix masculines sinistres à souhait. Elles martèlent, en se chevauchant parfois, une offensive de mots qui ne laisse aucune respiration, aucun répit. Indescriptiblement ensorcelant et malsain.

 

08. Nikkal

L'origine de cette composition est à rechercher parmi les plus anciennes chansons de l'humanité connues à ce jour: les chants hourrites. Il s'agit d'un ensemble de 36 morceaux de musique gravés en écriture cunéiforme sur des tablettes d'argile qui ont été découvertes dans l'ancienne cité d'Ougarit, en Syrie. Elles dateraient de 1400 avant notre ère mais pourraient être plus anciennes encore.

La tablette référencée sous le code h.6 contient un hymne dédié à la déesse Nikkal, fille du roi de l'été et épouse du dieu de la lune. Bien que son auteur soit anonyme, elle a ceci de particulier qu'elle est presque complète et que les paroles sont accompagnées d'instructions pour un instrument à 9 cordes semblable à une lyre.

"C'est la plus ancienne œuvre de musique annotée qui subsiste, mais il y a encore beaucoup de discussions en cours sur la façon de traduire les paroles. Pour le moment, il me semble qu'il existe six versions différentes parce que personne ne parvient à s'entendre ", explique Kai Uwe Faust.

Après 3 titres particulièrement éprouvants, Nikkal surgit comme une éclaircie après la tempête. L'harmonie des voix claires ponctuée de sons cristallins délivre une mélodie lumineuse, éthérée, en totale rupture avec l'animosité de l'obscur Buslas bann. Néanmoins, le répit accordé pourrait n'être que de courte durée.

 

09 – Marduk

Clôturer une telle œuvre est un véritable challenge, voire une gageure. Si Asja introduit l'album avec des extraits du Hávamál, i.e. "les Dits du Très Haut" en référence au narrateur de ce poème eddique qui n'est autre qu'Odin, père de tous les dieux dans la mythologie nordique, Marduk le clôture avec le souverain de tous les dieux mésopotamiens.

Malgré plus de deux millénaires qui les séparent, Marduk et Odin partagent, au-delà de leur suprématie sur leur panthéon respectif, beaucoup de ressemblances comme dans les mythes de la création du monde et des premiers hommes qui leur sont rattachés. Et la crainte qu'ils inspirent aussi ...

En sus des sacrifices, il existait notamment une très longue chanson dédiée à Marduk. "L'origine du texte remonte à la première dynastie babylonienne - nous parlons de 1894 environ jusqu'à 1559 avant notre ère. Il contient 50 noms et l'explication de ces noms. Il est dit qu'au moment où les habitants cesseront de chanter cette chanson, la région tombera dans la tourmente et un chaos total. J'ai extrait les noms, et nous les avons transformés en ce que nous avons appelé 'Marduk'", révèle Kai Uwe Faust.

Les cinquantes patronymes qui s'égrènent dans le murmure d'une prière au rythme croissant du son frappé des bols chantants, donne l'étrange impression d'assister au rituel d'un exorcisme, l'une des fonctions précisément du dieu Marduk. La boucle est bouclée. Mais pouvait-on en attendre moins de la part du trio lorsqu'on s'appelle "Heilung" ("guérison")?

 

L'heure du rassemblement

HEILUNG pousse véritablement sa démarche artistique un cran plus loin en s'inspirant non seulement de l'Europe du Nord, mais aussi des grandes civilisations anciennes.

Drif n'est clairement pas un album qui se laisse apprivoiser aisément, et comment pourrait-il en être autrement, puisque les membres d'HEILUNG avouent eux-mêmes, au gré des interviews, avoir été en mis en difficulté devant la quantité de matériel à mettre en forme. Ce serait mentir que de dire qu'il n'y a pas de moments de cassure, des disparités et des aspérités qui, dans un premier élan, interrogent et puis très rapidement intriguent.

Drif est un album qui demande du temps et de se rendre disponible pour révéler toute sa richesse, sa profondeur et finalement son unité. Au départ, chaque morceau raconte sa propre histoire comme le ferait un recueil de nouvelles. Aussi, l'harmonie de l'ensemble n'est pas à rechercher dans la somme de ces 9 pistes ethnographiques mais plutôt dans ce qui parvient subtilement à les relier malgré tout les unes aux autres, à les rassembler, une sorte de vibration qui se manifeste au fil des écoutes sous la forme d'une ondulation concentrique. Dans cette spirale immersive, on se retrouve peu à peu absorbé dans une cascade d'émotions jaillies du passé, quasi inconnues, ou tout du moins sans comparaison possible avec les élans de notre époque, happé au point de se sentir soi-même invité à entrer en résonnance. En un mot: connecté.

De manière indéniable, le tour de force joué par HEILUNG avec Drif est de donner à entendre, à l'oreille ET à l'intellect, des échos des temps anciens contenant les soubressauts d'une humanité présentée sous ses multiples facettes, mais toujours sans fards.

HEILUNG donne à vivre une véritable expérience capable d'insufler en chacun d'entre nous des réminiscences de traditions immémoriales. L'authenticité de l'oeuvre, définitivement troublante par bien des aspects, confine au génie.

Maria Franz - Photo: Heilung, extrait de la vidéo Anoana

Discographie

  • Drif - 2022 (Season of Mist)
  • Futha - 2019 (Season of Mist)
  • Lifa, Live at Castlefest - 2017 (Season of Mist)
  • Ofnir - 2015 (auto-publié, réédité en 2018 sur Season of Mist)

 

Interviews

(en langue française)

viking musique folk mythologie chronique

  • 2 votes. Moyenne 5 sur 5.