IDAVOLL

Jérôme Nédélec, romancier et chef d'orchestre à "L' Armée des Veilleurs"

Jérôme Nédelec, qui fut ouvrier de fouilles sur des chantiers archéologiques, musicien, professeur de guitare, vendeur d’instruments de musique, disquaire, producteur (le tout dans le domaine des musiques traditionnelles), est également un passionné de cinéma, de littérature de genre et de BD. A présent, il se lance dans une grande aventure littéraire, L’Armée des Veilleurs, et inaugure un projet transmédia joliment audacieux.

Avant que de plonger à l’automne dans l’épopée de cette rencontre entre les Bretons et les Vikings, Idavoll vous propose de partir à la rencontre de cet auteur aux multiples facettes, de son univers à l'orchestration de sa composition.

 

  • De l’envie (ou de la nécessité) d’écrire à l’élaboration d’un projet transmédia, comment a germé l’idée ? Est-ce un moyen pour vous d’arriver à concilier toutes vos passions et vos centres d’intérêt?

Jérôme Nédélec - Photo: Louise BastetEn fait, cette idée a germé une fois mon premier roman terminé. J’avais encore des dizaines de choses à dire sur cette période de l’histoire ainsi que sur l’intrigue et je commençais à sentir que le roman devenait un cadre trop étroit pour mon imagination.

Et puis comme vous l’avez compris, je n’arrive pas à me limiter à un domaine créatif et, par-dessus tout, j’adore travailler en collaboration et jouer les chefs d’orchestre ! Le déclic fut la rencontre avec la troupe des Berserkrs qui m’ont mis en relation avec Johann San Roman, élève de l’École  de cinéma de Rennes et lui-même reconstituteur. Nous avons en peu de temps élaboré le projet du clip, puis j’ai soudoyé mon vieux camarade Sylvain Barou pour la musique.

En fait pour moi, fondamentalement, c’est la création qui prime. Le support est un outil, un vecteur. Je ne parviens toujours pas à dire ce que je préfère entre tel ou tel domaine artistique, alors travailler tous ces domaines à la fois est au final devenu quelque chose d’assez naturel.

 

  • Quelle est votre ligne directrice face à la multiplicité des supports que vous souhaitez développer, mais aussi pour les différents intervenants qui collaborent à ce projet ? Leur donnez-vous carte blanche?

La ligne directrice, c’est avant tout l’aspect historique. Même si dans mes écrits, je me permets des incursions dans d’autres époques, l’univers c’est avant tout le Haut Moyen Âge breton.

Ensuite vient l’aspect fantastique qui entremêle allègrement des mythes universels avec les codes de la culture populaire "de genre" dont je suis également très friand.

Les partenaires qui collaborent avec moi n’ont pas à proprement parler "carte blanche", car je tiens à ce que cela reste un projet collaboratif qui implique un travail d’échange et de réflexion, et c’est cet aspect du processus créatif qui est certainement l’un des plus passionnants!

 

  • L’Armée des Veilleurs a pour toile de fond le IXème siècle, époque où la Bretagne est un royaume indépendant, mais aussi celle des premières incursions vikings. Qu’est-ce qui a motivé votre choix pour cette période? Et à quelles sources historiques vous êtes-vous référé?

Pour expliquer cela, il faut d’abord comprendre que je suis un écrivain tardif, mon domaine de prédilection fut d’abord et avant tout la musique. Et puis à un moment un peu charnière de ma vie, j’ai voulu m’essayer à l’écriture. Comme le Haut Moyen Âge en Bretagne et les invasions vikings sont une vieille passion et que je ne trouvais pas suffisamment d’histoires qui mettaient en scène cette période historique, je me suis lancé, pour voir. Et puis après une dizaine de chapitres, je me suis dit qu’il serait dommage de ne pas aller au bout !

J’ai d’abord écrit en ne puisant que dans mes propres connaissances, après plus de 20 ans de lectures sur le sujet, j’avais fini par retenir deux trois bricoles. Mais très vite, j’ai lu et relu certains ouvrages pour re-contextualiser mon intrigue et surtout la rendre la plus crédible possible. La référence en la matière, c’est selon moi Les Bretons de Nominoë de Jean-Christophe Cassard qui dresse un bilan des connaissances sur la Bretagne de cette période. Mais l’ouvrage date un peu et suite à des fouilles récentes et à de nouveaux angles de recherches, je pense que la vision que nous avons de cette époque va bientôt considérablement évoluer, un peu comme c’est le cas pour le monde viking à l’heure actuelle. Les échanges avec les reconstituteurs sont aussi une source non négligeable d’inspiration, mais aussi de vérification de mes écrits. Leur point de vue est pragmatique et forcément très sourcé.

Pour aller plus loin dans ma démarche de recherche, j’ai pour projet de créer, en collaboration avec le centre de documentation du Service Archéologie de Bretagne, une bibliographie exhaustive sur cette période et de la mettre en ligne sur le site larmeedesveilleurs.com

 

  • La première vidéo du projet transmédia réalisée en collaboration avec l'ESRA (École  de cinéma de Rennes), par Johann San Roman, met à l’honneur les Vikings avec la compagnie des Berserkrs  (basée également en Bretagne). Sans rien dévoiler de l’intrigue, vous est-il possible de nous en dire un peu plus sur la place accordée à ces protagonistes en terre bretonne? Avez-vous en particulier la volonté de dépoussiérer au passage l’image de l’envahisseur barbare qui colle aux Vikings?

Compagnie des Berserkrs dans l'Armée des Veilleurs

Comme vous l’avez compris, je reste très attaché aux faits historiques et je suis donc bien obligé de casser les mythes qui s’accrochent encore aux basques de nos chers Vikings !

La place qu’ils occupent changera selon les supports créatifs, mais j’ai trop d’amour pour leur culture pour m’éloigner d’eux trop longtemps.

Mon premier roman, Les frontières liquides, donne la parole à égalité aux Bretons et aux Vikings, et je me suis fait fort d’essayer de rendre les choses les moins manichéennes possibles. Dans l’univers de L’Armée des Veilleurs, c’est bel et bien la Bretagne qui a le rôle principal, mais les Scandinaves y ont bien évidement une place de choix !

 

 

  • En parlant d’idée préconçue, dans l’esprit de beaucoup de gens, qui dit Viking dit Normandie… Ne craignez-vous pas que certains voient dans votre projet un pied de nez bien breton aux Normands (sourire)?

En réalité, il s’en est fallu de peu que la Bretagne ne devienne une seconde Normandie. Nantes par exemple est restée un comptoir scandinave pendant de nombreuses années et la présence Viking a obligé la noblesse bretonne ainsi que son clergé à fuir la région pendant des décennies. D’ailleurs le jeune royaume breton ne s’en est jamais vraiment relevé.

Donc, aucun esprit de revanche de ma part dans cette histoire ! De plus, je sais les normands généreux, alors je ne pense pas qu’ils verront d’un mauvais œil le fait de me prêter quelques Vikings le temps d’une histoire...

 

  • Plus sérieusement, en tant que Breton, quel est pour vous le témoignage le plus emblématique dans votre région laissé par le passage des Vikings?

Sur le plan archéologique, c’est indéniablement la tombe de l’île de Groix. Sous un tumulus fouillé en 1906, on a retrouvé une grande barque scandinave incinérée avec la dépouille d’un guerrier viking, avec armes et atours. Ces sépultures sont très rares et cela prouve l’importance des routes maritimes qui longeaient la Bretagne.

Sur le plan historique, c’est évidement la profonde déstabilisation politique que leur venue a engendrée. Et c’est finalement cela le plus fascinant chez les Vikings, voir comment de la Volga jusqu’en Islande, des hommes si peu nombreux ont su, grâce à leur seule volonté, leur opportunisme et surtout leur formidable capacité d’adaptation, redistribuer les cartes sur le plan géopolitique partout où ils sont passés.

 

  • Pouvez-vous nous citer quelques-unes de vos références ou sources d’inspiration sur le thème des Vikings et nous expliquer votre choix?

Un film?Valhalla RisingJe dirais Valhalla Rising.

J’ai souvent du mal avec les films de Vikings: clichés et approximations historiques y sont légions et beaucoup d’entre eux sont même des vrais nanards ! Mais Valhalla Rising est différent parce qu’il s’agit d’une véritable expérience cinématographique qui rend une atmosphère unique. Sinon, j’avoue avoir un faible coupable pour  Le 13ème guerrier, surtout pour le mélange des genres qui y est fort bien troussé.

Sur le sujet des Vikings au cinéma je recommande la vidéo de On va faire cours qui est particulièrement bien vue : 

On va faire Cours #5 - Les Vikings [Les Clichés de l'Histoire au Cinéma]

 

Une musique?

Les musiques qui seront composées pour le projet, évidemment !

La première, celle du clip réalisé en collaboration avec des élèves de l'ESRA, lorgne clairement vers la musique de film mais d’autres pistes sont en cours d’élaboration. C’est assez enthousiasmant !

Un livre?Le dernier Royaume - Bernard CORNWELLLa série "Les histoires Saxonnes" de Bernard Cornwell.

L’histoire y est enlevée, les personnages crédibles et c’est fort bien documenté. J’avoue que la lecture de ces romans a été un des (nombreux) éléments déclencheurs de mon envie d’écrire sur le sujet.

Une bande-dessinée?Northlanders Difficile de ne pas citer Thorgal qui évoque pour moi des moments de lecture inoubliables, mais je vais plutôt mettre en avant la série Northlanders qui est une vraie aventure graphique avec des scénarios souvent très noirs et bien ficelés.

Un fait ou une découverte historique? Un face à face au cœur de l'intrigue du premier tome de l'Armée des VeilleursAh, c’est bien trop difficile!

Mais bon, pour le fait historique, je vais dire la bataille de Questembert en 890 que j’ai détournée dans mon premier roman pour la faire se dérouler sur les bords de la Vilaine.

Quant aux découvertes, je suis insatiable et il m’est trop difficile de n’en citer qu’une. J’en profite d’ailleurs pour remercier le site Idavoll qui m’aide à faire une veille sur tous les articles et les liens qui paraissent sur le sujet!

 

C'est Idavoll qui vous remercie de vous être prêté à ce jeu des questions/réponses pour une visite guidée des coulisses du projet, malgré un emploi du temps que l'on devine bien chargé! 

De la musique à l'écriture, des notes aux mots, Jérôme Nédelec orchestre sa partition d'une main de maître, avec rigueur et passion comme il se doit, pour nous embarquer dans une fresque historique, originale par bien des aspects. Il souffle dans l'air comme un vent d'impatience, une envie d'en découdre et de se jeter à corps perdu dans ce qui s'annonce, d'ores et déjà, une grande expédition digne du temps des Vikings!

 

L'Armée des Veilleurs, tome 1

L’Armée des Veilleurs, Premier tome:'Les Frontières Liquides' , Stéphane Batigne Éditeurà paraître le 1er Octobre 2017

 

Le projet L'Armée des Veilleurs sera lancé lors d’une fête médiévale : Des Vikings à Rieux! qui aura lieu au château de Rieux le 1er Octobre 2017.

  • 1 vote. Moyenne 5 sur 5.