IDAVOLL

France - Un navire viking sur la Seine, le défi de l'association Les Enfants de Rollon

L’association Les Enfants de Rollon se donne deux ans pour réaliser une réplique de navire viking, avec un double objectif: mettre en valeur l’identité historique des Normands et développer l'attractivité touristique du territoire.

"Que reste-t-il de l'histoire des Vikings en Normandie? À part le tombeau de Rollon dans la cathédrale de Rouen, une statue de 1911 à côté de l'église Saint-Ouen et des pierres runiques. Rien! Rouen a choisi de valoriser Jeanne d'Arc, Caen a la légitimité pour parler de Guillaume le Conquérant, mais les Vikings sont les grands délaissés, pour ne pas dire les oubliés en Normandie, surtout à Rouen", constate Gwenahel Thirel.

Cet avocat au barreau de Rouen, docteur en droit et auteur de deux ouvrages - L'identité Normande au XXIe siècle et Normandy Viking Spirit, aux éditions Amalthée - est aussi désormais le président de la toute jeune association Les Enfants de Rollon, créée au mois de juin 2019.

L'association, qui réunit déjà une trentaine de passionnés de leur région, et son président, Gwenahel Thirel, ont lancé le projet de "construire un drakkar de 24 mètres de long, afin de l'exploiter ensuite comme une attraction touristique, avec des sorties sur la Seine.

 

6000 rivets et 15 stères de bois

France - Gwenahel Thirel présente les plans du projet de construction d'un navire viking en 2 ans - Photo: Presse 30Fils de commerçants, Gwenahel Thirel s'est beaucoup impliqué, ces dernières années, dans le milieu économique rouennais et s’est passionné pour les questions touchant à l’attractivité économique et au développement durable. Il considère que le tourisme fluvial est un vecteur essentiel de l'économie locale. 

"On compte actuellement 53 bateaux de croisière en France dans le réseau VNF [Voies navigables de France] dont 25 naviguant sur la Seine. En guise de comparaison, sur le Danube, 175 bateaux ont fait escale à Passau et Linz en 2017. Par ailleurs, dans cette compétition des bassins européens, la France est perçue comme une destination onéreuse. Un enjeu clé du développement est donc de penser l’enrichissement et la diversification de l’offre touristique afin de rendre les croisières plus actives et attractives", explique l'assocation sur son site Internet.

Pour parvenir à leurs fins, Les Enfants de Rollon se sont rapprochés de l'association Dreknor à Carentan (Manche) qui a déjà conçu une réplique d'un navire retrouvé à Gokstad, dans la région de Sandefjord, en Norvège. "Ils nous ont donné les plans. Nous nous appuierons sur eux techniquement. Maintenant, pour bâtir ce snekkar, nous devons trouver un hangar sur les quais, quinze stères de bois de chênes, 6000 rivets, deux moteurs de 55 CV d'un coût de 30 000 euros et du lin pour tisser les voiles."

 

Fierté et esprit de conquête

L'association a fait appel à la filière bois, tente de mobiliser toutes les énergies normandes, sollicite de grands partenaires et compte lancer un crowdfunding. Avec pour horizon, la prochaine Grande Armada, le fameux rassemblement de voiliers de Rouen, et une mise à l'eau d'ici à "deux ans maximum".

En plus d'une mobilisation de bénévoles et de la mise en place d'un chantier d'insertion, Gwenahel Thirel compte sur ce projet pour faire retrouver aux Rouennais d'aujourd'hui "un sentiment de fierté. Surtout après le 26 Septembre et l'incendie de Lubrizol. Rouen ne doit pas, en France et à travers le monde, rester sur cette image. Notre volonté est de rentrer dans l'appel à projet de Rouen capitale européenne, en 2028. De revendiquer notre héritage au-delà des traces archéologiques. D'affirmer cet esprit de conquête, d'aventure, d'entreprise, symbolique de nos ancêtres."

À plus long terme, Les Enfants de Rollon aimeraient être les initiateurs d'un Centre d'interprétation viking. Un espace où seraient regroupées les rares traces des Vikings sur ce territoire. Un endroit pour organiser des expositions, des conférences et autres manifestations. "Un vrai lien avec la Scandinavie", comme le résume Gwenahel Thirel, qui termine actuellement un roman sur le premier duc de Normandie, Rollon.

28.02.2020 - Une cagnotte pour le "Drakkar de Rouen"

L'association Les Enfants de Rollon lance une cagnotte associative sur le site leetchi . Les 100 000€ à collecter financeront la construction du "drakkar" de Rouen.

  • La voile de 110m2 : 14000€
  • Les moteurs : 30000€
  • 6000 rivets en inox : 30000€
  • L'outillage : 10000€
  • La main d'oeuvre : 70000€ (Un encadrant et 10 jeunes en insertion)
  • 16 stères de bois ! 15000€ (déjà en cours d'aquisition) 

 

Chacun peut participer en faisant un don du montant qu'il souhaite. Rendez-vous ici >>> www.leetchi.com/c/le-drakkar-de-rouen (paiement sécurisé)

 

11.03.2020 - Le bateau se nommera Rudhaborg

1775 participants ont choisi le nom du futur bateau viking parmi cinq propositions émises par l'association. 

Rudhaborg (i.e " Rouen") est arrivé premier avec 35% des votes, devant Rollon (30%) , Rolfbarna ("Les Enfants de Rollon", 16%), Erobreren ("Conquérant", 14%) et Viking Spirit (5%).

 

14.07.2021 - De Paris à Rouen, un équipage va descendre la Seine à bord d'un bateau viking

L'association normande Les Enfants de Rollon va parcourir 300 kilomètres avec le navire viking de l'association Vikingar Strandhögg. L’arrivée est prévue à Rouen le 25 septembre 2021.

L’association, qui s’attèle à entretenir et diffuser l’héritage viking en Normandie, prévoit une arrivée le 25 septembre 2021 à Rouen, après neuf jours d’aventure. L’événement, intitulé le "Retour de Rollon" rend hommage au premier duc de Normandie.

 

Un événement historique

Gungnir à l'Espace culturel Viking - Photo: Vikingar"Nous avons récupéré un bateau grâce à l’association Vikingar. C’est une réplique d’un drakkar qui a déjà traversé la mer baltique et la mer du nord", a expliqué Marie Guguin, responsable partenaire de l’association Les Enfants de Rollon au journal Actu.fr.

En Août 2005, le capitaine et président de l'association Vikingar Strandhögg a effectivement ramené un bateau de type karfi, appelé Gungnir, de Suède en France en passant par la mer Baltique, la mer du Nord et la Seine.

Il s'agit plus précisément d'une réplique suédoise de 18,10 mètres de long sur 3,95 mètres de large du célèbre bateau de Gokstad, exposé au Musée des Bateaux Vikings d'Oslo. Gungnir, dont le nom renvoie à la célèbre lance du dieu Odin, est devenu depuis l'attraction majeure de l'Espace Culturel Viking fondé par la famille Derieux  à Saint-Pierre-les-Nemours.

 

Un équipage de 30 personnes

Avant le départ, prévu depuis la commune de Nemours en Seine-et-Marne, il y aura besoin de préparation. "Nous irons 3 jours sur place afin de tester la navire dans un bassin d’eau peu profond", a précisé la responsable.

La propulsion du bateau se fera en ramant, comme à l’époque. "Il y aura un maximum de 12 rameurs dans le bateau, et 30 personnes en tout, sur le bateau."

L’association précise toutefois que VNF (Voies navigables de France) a demandé l’installation d’un moteur pour des questions de sécurité.

 

200 communes et 300 kilomètres

Une fois sur la Seine, l’équipage composé de membres de l’association et de sponsors de l’évènement, va traverser 6 écluses et près de 200 communes, pour un total de plus de 300 kilomètres parcourus.

Mais le parcours ne se fera pas d’une seule traite. Des haltes sont prévues le long du trajet pour le ravitaillement. "Nous camperons et ferons des arrêts dans des endroits qui ont été au cœur même des raids vikings", a indiqué l’association.

Un événement est aussi programmé sur Paris, avant le grand final à Rouen. Les Enfants de Rollon espèrent un bel accueil le 25 septembre 2021. "On compte sur une arrivée en fin d’après-midi, aux flambeaux!", conclut Marie Guguin.

Rollon bateau navire construction viking Rouen normandie

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !