IDAVOLL

France - Une réplique du bateau de Gokstad construite aux Sables-d'Olonne

Des passionnés d'Histoire se sont lancés le défi de construire un navire viking aux Sables-d'Olonne: la réplique du bateau de Gokstad, un navire datant de 890 de notre ère. Le chantier devrait débuter à la fin de l'année.

Pour relever ce défi, Philippe Renaudet et ses amis viennent de créer le 10 Septembre 2021 une association reconnue d'intérêt général: Drakkar de Vendée. Ils se sont entourés de passionnés, prêts à relever leurs manches pour que naisse, aux Sables-d’Olonne, une nouvelle réplique du bateau de Gokstad.

Le projet est parrainé par Patrick Marchesseau, commandant de bord du navire amiral de la Compagnie du Ponant, le Commandant CharcotJean Renaud, professeur émérite de Langues, Littérature et Civilisation scandinaves de l'Université de Caen et Yann Legendre, graphiste à la renommée internationale qui a signé le dragon sur l’Imoca de L’équipe V&B/Monbana/Mayenne du skipper Maxime Sorel.

"J’ai toujours été passionné d’histoire, notamment la période viking. J’ai eu la chance, jeune, de visiter le Musée des Navires vikings de Roskilde au Danemark. L’histoire viking dans les Pays de la Loire est avérée, et conséquente", souligne Philippe Renaudet en citant l’île Batailleuse sur la Loire, la découverte de pièces d’un moulin à vent viking dans les marais d’Olonne, ou encore les ancres marines trouvées à Bourgneuf-en-Retz. Les Vikings étaient bien présents dans nos contrées.

 

Un projet fédérateur

France - Une réplique du bateau de Gokstad, ici au Musée d'Oslo, construite aux Sables-d'Olonne - Photo: Musée d'Histoire culturelle d'Oslo"Un drakkar est le navire amiral de la culture viking, tout le monde sait ce qu’est un drakkar, un objet médiatique aussi." Fort de ce constat, Philippe Renaudet, bien épaulé par Nathalie Barbeau, secrétaire, et Laëtitia de Margerie, trésorière, a lancé l’idée de construire un navire aux dimensions identiques à l'original découvert à Gokstad en 1880, soit 23,55 de long et un maître-bau de 5,25 mètres, avec un mat haut de 14,50 mètres.

Le cabinet d'Architecture navale Pierre Delion s'est engagé à dessiner les plans à partir des travaux des archéologues norvégiens de 1883, des tracés établis par l'architecte naval allemand Werner Dammann et des archives navales mises à disposition gracieusement par le Musée d'Oslo. 

Le voilier, qui sera construit en chêne, avec un pont en mélèze, pourra accueillir à son bord 32 rameurs et devrait être équipé de 2 moteurs auxiliaires. Des entreprises locales, implantées sur le port des Sables d'Olonne et deux lycées avec les spécialités Chaudronnerie, Charpente marine, Menuiserie et Mécanique nautique ont déjà rejoint l'aventure, et d'autres établissements pourraient en faire autant très prochainement.

C’est un véritable projet fédérateur qui se met en place en Vendée, "aux Sables-d’Olonne car c’est au cœur de l’espace où se trouvaient les Vikings. Il y a ici, l’ensemble des prestataires qui peuvent nous aider pour notre projet", assure le président de l'association.

 

Des idées en pagaille

Une fois mis à l’eau et sécurisé, l’association entend développer le cabotage, l’apprentissage de la voile tout en mettant en avant le bateau viking lors d’événements locaux et nationaux tels que des réceptions, des anniversaires et autres manifestation nautiques.

Mais le président vise aussi des événéments à l'échelle internationale comme les Vieux Gréements de Brest ou L'Armada de Rouen, le plus grand rassemblement de voiliers au monde, ou encore des expéditions. 

"Nous avons pour idée d’aller aux États-Unis, comme en 1893 lorsqu"une réplique a été offerte aux Américains. Nous partirions des Sables-d’Olonne pour rejoindre les îles Féroé, l’Islande, le Groenland et arriver à Chicago, puis prendre les Grands Lacs et rejoindre New York par le canal. Au retour, nous passerions à Saint-Pierre-et-Miquelon. Nous avons aussi pour ambition d’aller en Norvège."

 

Devenir membre de l'association

"Être membre, c'est participer activement à l’objet social de l’association: la promotion de la culture viking, sous toutes ses formes, en Vendée et au-delà. C’est participer à la construction du Drakkar de Vendée. C’est participer avec ses compétences, sa bonne humeur et son enthousiasme", indique l'association sur sa page Facebook.

Pour ceux qui voudraient sans plus tarder rejoindre l'aventure, il suffit d'adresser un mail à amisdrakkar.vendee@gmail.com, en indiquant nom, prénom, date de naissance, adresse, mail, téléphone et profession. Pour les mineurs, joindre une autorisation parentale manuscrite, signée des deux parents. La cotisation est fixée à 10 euros.

De plus amples informations sont à venir sur le site Internet de l'association Drakkar de Vendée, actuellement en cours de construction. 

 

 

20.04.2022 - Le chantier du 'Drakkar de Vendée' est lancé

L’équipe du Drakkar de Vendée a lancé le chantier du hangar qui abritera la construction du navire. Pendant que les écoles planchent sur des prototypes, plusieurs artisans et entreprises du territoire travaillent depuis le 15 Avril à la création de la plateforme.

L’objectif: réaliser un terrassement du site sur environ 300 m² et couler une dalle de béton. Après trois semaines de séchage, les bénévoles pourront installer la tente et lancer le chantier naval.

 

Un færing pour commencer

France - Le projet Drakkar de Vendée - Photo: Association Drakkar de Vendée"Un bateau de type færing précédera le Gokstad. Nous allons lancer la construction d’une chaloupe d’époque découverte en 1880, en Norvège, sur le site funéraire viking du Drakkar de Gokstad qui datait de 890", a annoncé Philippe Renaudet.

Le færing est un type de bateau traditionnel scandinave en bois, généralement muni de 4 avirons , qui possédait parfois une voile. Il était principalement utilisé pour la pêche, les déplacements et le transport de biens. "Comme le drakkar de Gokstad, il est construit avec une coque à clins. Sa propulsion principale est aux avirons. Léger, avec un faible tirant d’eau, il était équipé également avec un gréement d’environ 18m². Comme pour les deux fearings de 890, découverts en 1880", a précisé le président de l'association. 

Pour Philippe Renaudet et Eliot Perdoncin, le charpentier de marine en charge du projet, c'est un moyen efficace de fédérer l'équipe et de créer les meilleurs conditions possibles de travail: "Cela va permettre à l’équipe de monter en puissance de façon opérationnelle, car elle se familiarisera avec les coques à clins, la préparation des bois. Et, ce sera un excellent moyen pour permettre aux membres du projet d’apprendre à travailler ensemble".

 

Encore à la recherche d'un arbre de plus de 40 mètres de haut

L’approvisionnement en bois est déjà assuré pour le færing et en passe de l'être pour la construction de la réplique du Gokstad. Il leur reste toutefois à se procurer l’arbre de plus de 40 mètres de haut nécessaire à la fabrication de la quille. 

À ce jour, l’équipe du Drakkar de Vendée compte déjà 70 membres et une quarantaine d’entreprises soutiennent déjà le projet.

Le calendrier de fin de chantier est toujours programmé pour l’été 2023.

 

Branle-bas de combat dans les écoles

Le lycée Tabarly vient d’achever la construction d'un prototype de banc pour les rameurs, sur la base de plans élaborés d'après les découvertes archéologiques en Scandinavie. La fabrication en série va bientôt commencer grâce à 15 élèves de la section Menuiserie.

L’École Supérieure du Bois débute la fabrication du sabot du pied de mât et du pied de mât.

La section Charpente marine du lycée Doucet de Cherbourg travaille déjà sur le gouvernail tout en préparant la fabrication du mât et de la vergue.

 

viking France Vendée Gokstad navire bateau chantier naval réplique

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires

  • Crom
    • 1. Crom Le 18/11/2021
    "Drakkar" ?
    L'exception culturelle française est vraiment lassante.