IDAVOLL

Norvège - Les Vikings brassaient leur bière à la pierre selon une étude archéologique

  • Le 17/06/2017
  • 0 commentaire

Lorsque l'archéologue Geir Grønnesby a creusé des tranchées de sondage dans 24 fermes différentes du centre de la Norvège, il a presque toujours trouvé des couches épaisses de pierres craquelées par le feu datant de l'Âge Viking, voire antérieures. La datation au carbone 14 de cette découverte est formelle: les Norvégiens ont brassé la bière en utilisant des pierres.

Il n'y a rien que les archéologues aiment tant que les détritus pluri-centenaires. Les vieux os et pierres issus des tas de déchets peuvent raconter des histoires complexes. Et dans le centre de la Norvège, du moins, l'histoire semble dire que les Vikings et leurs descendants ont brassé de la bière en plongeant des pierres chaudes dans des récipients en bois.

"Il y a beaucoup de ces pierres, et on les trouve dans la plupart des cours des anciennes fermes", explique Geir Grønnesby, archéologue du NTNU (Université Norvégienne des Sciences et de la Technologie).

 

Grønnesby est fasciné par l'histoire des établissements agraires norvégiens et pour cause: la majeure partie de l'histoire concernant la façon dont les fermes norvégiennes se sont établies et développées au cours des millénaires demeure un mystère. Il y a une raison simple: la plupart des fouilles archéologiques sont initiées par des projets de construction, car les promoteurs doivent vérifier la présence ou non d'artefacts culturels avant de commencer la construction. Il est rare qu'un promoteur construise une route ou un autre grand ouvrage sur l'emplacement d'une ferme, ce qui signifie qu'elles font rarement l'objet de fouilles par les archéologues.

En d'autres termes, "la plupart des informations archéologiques que nous avons concernant l'Âge Viking provient des sépultures, et la plupart des informations archéologiques sur le Moyen-Âge provient des fouilles dans les villes", a déclaré Grønnesby. Cela pose un problème parce que "la plupart des gens vivaient à la campagne".

Pour l'essentiel, dit-il, les fermes norvégiennes sont installées sur un énorme trésor souterrain à partir de l'an 600, à la fin de l'Âge du Fer, et pourtant, elles sont pour la plupart intactes.

"J'ai donc commencé à mener des petites fouilles pour chercher des couches culturelles dans les fermes", a-t-il déclaré. "Les dates les plus anciennes que j'ai trouvées au carbone 14 sont de 600 après J.-C., et toutes les dates sont de cette période ou plus tard. Et lorsque j'ai trouvé les pierres, il y en avait tant que j'ai dû écrire à leur sujet."

 

Un sociologue curieux

Geir Grønnesby, archéologue du NTNU, et les pierres utilisées pour brasser la bière - photo: Nancy  BazilchukGrønnesby n'est pas le premier à remarquer ces pierres craquelées dans les fermes du centre de la Norvège. Cette distinction de pionnier s'adresse à un sociologue qui s'appelle Eilert Sundt, qui a enregistré une occurence dans une ferme en 1851 dans le Hedmark. Comme Sundt l'a écrit plus tard, il était en train de marcher et a vu un fermier près d'une pile de petites pierres étranges. "C'est quoi toutes ces pierres?" a-t-il demandé au fermier en montrant la pile. "Ce sont des pierres de brassage", a déclaré le fermier. "Des pierres qu'ils utilisaient pour brasser de la bière - de l'époque où ils n'avaient pas de marmites en fer".

Dans son article, Sundt a noté que la plupart des fermes qu'il avait visitées avaient des tas de pierres calcinées ou craquelées par le feu. Chaque fois qu'il avait posé des questions à leur sujet, la réponse était la même: elles avaient servi au brassage, les pierres avaient d'abord été chauffées jusqu'à ce qu'elles deviennent rougeoyantes avant d'être plongées dans des seaux en bois pour en chauffer le contenu. Les pierres étaient si omniprésentes, écrivit Sundt, et en couches si épaisses et compactes par endroits que les maisons étaient construites juste par-dessus.

Les rapports des archéologues qui ont examiné des fermes plus récemment, confirment également cette observation. Quand un archéologue a creusé dans les années 1980 une tranchée de sondage dans une ferme à Steinkjer, au Nord de Trondheim, il a trouvé une couche culturelle de plus d'un mètre d'épaisseur, dont la majeure partie était composée de pierres craquelées.

Grønnesby lui-même a extrait plus de 700 m3 de pierres d'une partie d'une ferme à Ranheim, également au Nord de Trondheim. Et quand Grønnesby a réalisé son échantillonage de 24 fermes, 71% soit contenaient des couches de pierre craquelées, soit en ont probablement eu.

 

Rituels et Réforme

Ce n'est pas si insolite que cela, selon Grønnesby, que les Vikings aient brassé la bière en utilisant des pierres. Le brassage aux pierres chauffées a également été signalé en Angleterre, en Finlande et dans les pays baltes. C'est une tradition qui continue en Allemagne, où il est possible encore aujourd'hui d'acheter de la 'bière brassée à la pierre'.

Grønnesby relève que la présence d'un grand nombre de pierres de brassage dans les fermes norvégiennes souligne l'importance culturelle de la bière elle-même. "La consommation de bière était une partie importante des institutions sociales et religieuses", a-t-il déclaré.

Par exemple, le Gulating (Gulaþing), une assemblée parlementaire norvégienne qui s'est tenue de 900 à 1300 après J.-C., a même réglementé les moindres détails de la fabrication de la bière et de la consommation d'alcool à cette époque. Les lois du Gulating exigeaient que trois agriculteurs travaillent ensemble pour brasser la bière, qui devait alors être sacrée. Un individu qui n'avait pas réussi à brasser de la bière pendant trois années consécutives devait donner la moitié de sa ferme à l'évêque et l'autre moitié au roi, puis quitter le pays. Seules les très petites fermes étaient exemptées de cette réglementation stricte.

Ce qui est tout aussi intéressant est le moment où les pierres de brassage disparaissent des couches culturelles, vers 1500 environ, juste à l'époque de la Réforme. "Il se pourrait que ce soit une étrange coïncidence", a déclaré Grønnesby. "Cela pourrait être la religion. Ou il se pourrait que les ustensiles en fer aient été plus largement répandus à partir de là. "

 

Des tas de déchets aux trésors

Chaque fois qu'une pierre de brassage rougeoyante était plongée dans une bac de liquide froid, elle se fissurait. Après plusieurs fois de ce traitement, les pierres devenaient trop petites pour être utiles et les brasseurs les jetaient sur un tas de détritus.

Cela signifie que les couches épaisses de pierres contiennent également d'autres artefacts, comme les vieux fusaïoles et les poids de métier à tisser, les os d'animaux et les perles. C'est pour cette raison, autant que pour les pierres elles-mêmes, que les couches sont importantes, a défendu Grønnesby. "Les archéologues découvrent toujours ces couches, mais ils les regardent généralement en se grattant la tête, et (les couches) n'obtiennent pas le genre de reconnaissance qu'elles mériteraient. Ces couches représentent des archives de l'Âge Viking à l'époque médiévale, alors nous devrions les creuser plus souvent".

Grønnesby a publié sa recherche dans le livre intitulé:  “The Agrarian Life of the North: 2000 BC to AD 1000: Studies in Rural Settlement and Farming in Norway”, édité par Frode Iversen et Håkan Petersson. Le chapitre de Grønnesby est intitulé "Hot Rocks! Brewing Brewing on Viking and Medieval Age Farms à Trøndelag ".

Une bière brassée à la pierre, de nos jours, en Autriche

Découvrez enfin le secret de la Granitbier ! - Brasserie Hofstetten

bière ferme Norvège archéologie viking

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !