IDAVOLL

Norvège - Un Âge Viking 2000 ans avant les Vikings

  • Le 11/06/2020
  • 0 commentaire

Ces dernières années, les archéologues qui ont mené des recherches sur la Norvège à l'Âge du Bronze ont fait beaucoup de nouvelles découvertes. Plusieurs d'entre eux portent désormais sur cette période un regard complètement différent. Il en va de même pour leurs homologues suédois et danois. Tous s'accordent à dire qu'un Premier Âge Viking a eu lieu il y a 3000 ans.

À cette époque, les gens étaient bien moins primitifs que ce que beaucoup auraient tendance à imaginer, il n'est plus question de chasseurs vivant comme à l'Âge de Pierre. Les navires construits en Norvège, en Suède et au Danemark à l'Âge du Bronze étaient déjà en capacité d'embarquer un équipage de plus de 50 hommes. Avec de tels navires, ces Scandinaves se sont rendus en Angleterre et ont probablement descendu les grands fleuves d'Europe, voyageant à leur bord du Finmark tout au Nord à l'Italie dans le sud.

90% de pétroglyphes avec des bateaux

Ce qui attira d'abord l'attention des archéologues est le fait que plus de 90% de l'ensemble des gravures rupestres de l'Âge du Bronze en Norvège représentent des bateaux de toutes dimensions. Ils ont donc naturellement chercher à comprendre pourquoi, au cours de cete période, les habitants de l'actuelle Norvège étaient si profondément attachés à la mer et à leurs bateaux.

En règle générale, lorsque ces pétroglyphes sont étudiés en cours d'Histoire à l'école, le professeur comme le manuel enseignent qu'il s'agit de représentations mythologiques de navires en route vers le royaume de la mort, une sorte de symbole religieux en somme. Il n'avait jamais été envisagé que ces embarcations auraient pu être réelles... 

Or, l'Âge du Bronze dans les pays scandinaves fut une époque où les gens voyageaient partout dans le monde. Il existait déjà une grande mobilité, sur de longues distances. Ils se rendaient jusqu'en Espagne et en Italie. Il est même fort probable que quelques uns se soient rendus jusqu'en Grèce et sur les terres des Pharaons, en Égypte. Du moins, cela n'est pas à exclure, d'après les chercheurs.

Les récentes découvertes des archéologues ces dernières années à travers toute la Scandinavie, changent la donne. Tout porte à croire que les gravures de bateaux témoignent d'un Premier Âge Viking il y a 3000 ans.

 

De la Norvège à la Méditerranée

"À l'Âge du Bronze, le monde s'est mondialisé pour la première fois", a déclaré Kristian Kristiansen. Ce chercheur de l'Université suédoise de Göteborg, considéré par ses collègues comme un expert de l'Âge du Bronze en Scandinavie, a participé activement aux récentes et nombreuses découvertes sur le sujet. "Les personnes qui vivaient en Scandinavie il y a environ 3000 ans faisaient clairement partie du processus de mondialisation de l'époque", a-t-il ajouté.

En Norvège, l'éminente homologue de Kristiansen, l'archéologue Lene Melheim du Musée d'Histoire culturelle de l'Université d'Oslo, enfonce le clou: "Je pense qu'il est fort probable que les Norvégiens, il y a plus de 3 000 ans, soient descendus par bateau jusqu'en Méditerranée".

L'archéologue norvégienne n'ignore pas que certains de ses collègues sont en désaccord avec elle sur ce point. Mais il n'y a aucune raison de douter selon elle: "On sait que les Norvégiens se sont apprivisionnés en marchandises provenant du sud de l'Europe et qu'ils étaient sans doute de bons marins. Par conséquent, ils sont également susceptibles d'avoir eux-mêmes voyagé dans le monde, sans quoi toutes les marchandises leur seraient parvenues ici par des intermédiaires."

 

Des sociétés maritimes

L'Âge du Bronze semble avoir été une période particulièrement singulière en Scandinavie. Il commence il y a environ 3000 ans, tandis que l'Âge Viking débute il y a environ 1000 ans. Mais alors que l'Âge Viking n'a duré que quelques centaines d'années, l'Âge du Bronze a duré plus de 1000 ans en Norvège, de 1800 à 500 avant notre ère.

À présent, les archéologues ont acquis la certitude que les navires, les maisons, les armes, les vêtements et bien d'autres choses de cette époque ressemblaient beaucoup à ce que nous considérons être typiquement de l'Âge Viking. Les métaux utilisés étaient principalement le bronze et l'or, quand les Vikings avaient en sus le fer. La navigation, le commerce, le bétail et les fermes, l'esprit guerrier et les pillages, les démonstrations de puissance à travers la construction de tertres funéraires monumentaux et leurs offrandes sous forme de bijoux et d'armes en quantité, tout cela qui avait lieu au cours de l'Âge du Bronze est étonnamment similaire à ce qui se passera bien plus tard à l'Âge Viking.

C'est du moins, le tableau que commencent à dresser désormais les différentes recherches sur cette période historique. "Ici dans les pays nordiques, se trouvaient deux sociétés très semblables à l'Âge du Bronze et l'Âge Viking", a déclaré Kristian Kristiansen en soulignant leur caractéristique peut-être la plus frappante: "Les deux étaient des sociétés maritimes." D'ailleurs, il est amusant de rappeler que les premiers scientifiques norvégiens qui ont commencé à s'intéresser aux bateaux gravés dans la roche ont d'abord pensé que ce devait être l'oeuvre des Vikings. Et ce, pour la simple et bonne raison que ces bateaux ressemblaient effectivement aux navires vikings.

 

Un trait pour un à deux marins

"Sur les gravures rupestres de l'Âge du Bronze présentant des navires, il est possible de voir les équipages. Ils sont à bord de la plupart des navires", a précisé Lene Melheim. Elle est quasi certaine que chaque trait figure un être humain.

Dans le Nord, au cours de cette période, les navires n'étaient pas propulsés par des avirons [rames qui prennent appui sur la "dame de nage", située sur le bord de l'embarcation] ni par une voile. Ils l'étaient au moyen de longues pagaies.

Les lignes sur les gravures rupestres indiqueraient ainsi le nombre de pagayeurs à bord des bateaux. Néanmoins, il est possible que chaque trait représente deux pagayeurs vus de profil et non un seul, d'après Melheim, car les gens devaient s'asseoir deux par deux de chaque côté du bateau pour pagayer.

 

Des bateaux construits avec des planches

Bien que des bateaux de l'Âge du Bronze, construits dans des troncs d'arbres creusés, aient été découverts en Norvège, ils étaient loin d'être les seuls à naviguer. Les chercheurs ont pu établir avec certitude que des bateaux construits avec des planches, sur le même principe que les navires vikings, existaient déjà.

Les bateaux et les grands navires qui voyageaient le long de la côte depuis le Finnmark, le Nordland, le Trøndelag, le Vestlandet, le Rogaland et le Sørlandet, et autour du fjord d'Oslo, devaient être à la fois légers et agiles.

Ces bateaux de l'Âge du Bronze étaient propulsés avec des pagaies. Il faudra attendre quelques centaines d'années plus tard la première moitié de l'Âge du Fer, pour trouver les plus anciennes traces de bateaux propulsés avec des rames dans le nord de la Norvège. Dans tous les cas, les scandinaves de l'époque ont commencé à naviguer bien avant le VIIIème siècle qui marque le début de l'Âge Viking.

 

Jusqu'à 70 personnes à bord

Norvège - Le navire de Bjørnstad est la plus grande gravure rupestre en Scandinavie - Photo: Thomas M. HansenÀ Bohuslän, une région du sud de l'Østfold, pas moins de 10 000 pétroglyphes de bateaux sont concentrés. Johan Ling, un archéologue suédois spécialiste de l'Âge du Bronze à l'Université de Göteborg, en a examiné près de 1700.

Il peut sembler hasardeux de conclure d'après des gravures rupestres, que ces bateaux et leurs équipages parfois conséquents ont réellement existé. Cependant, Ling rappelle aussi qu'une grande partie de ce qui était gravé à l'époque sur les rochers - charrues, haches, épées, lurs, chariots et un certain nombre d'animaux aisément identifiables de nos jours - représentent bien des choses réelles qui existaient vraiment en Suède et en Norvège il y a 3000 ans.

En comparant les nombreuses gravures rupestres, Ling a également constaté que l'équipage figuré par 6 à 13 traits est celui qui est le plus souvent représenté. Si un trait équivaut à deux pagayeurs, les équipages les plus courants auraient été composés de 12 à 26 marins.

Mais parmi les pétroglyphes se trouvent de plus grands navires encore. La gravure du navire de Bjørnstad, qui mesure 4x1,5 mètres, donne à voir un équipage de plus de 50 personnes et sur d'autres encore plus imposantes en Norvège, les équipages atteignent jusqu'à 60 à 70 personnes.

 

Les plus grands navires sont aussi les plus anciens

Suède - Évolution des gravures rupestres de bateaux qui deviennent plus petits au fil du temps - Illustration: Johan LingAlors que l'Âge du Bronze touche à sa fin, les équipages des navires symbolisés par des traits sur les gravures rupestres en Norvège et en Suède diminuent et se réduisent encore plus au début de l'Âge du Fer.

Ling, l'archéologue suédois, a découvert que les pétroglyphes vers la fin de l'Âge du Bronze illustrent nettement et plus fréquemment des conflits que les gravures des premiers temps de l'Âge du Bronze. Durant un siècle, entre 800 et 700 ans avant notre ère, des guerriers équipés de haches et d'épées sont représentés à bord des navires.

Ces personnages sont plus grands et en pleine démonstration de force, tandis que les pagayeurs apparaissent plus petits et de manière anonyme. D'après Ling, cela pourrait signifier que des différences de statut social se sont développées entre les personnes à bord des bateaux. Il y a aussi souvent autour des navires de guerriers, et parmi eux, des joueurs de lur et des sortes d'acrobates qui font des saltos dans les airs. Seules quelques gravures rupestres représentent des gens sur des bateaux en train de pêcher.

Dans tous les cas, la forme des navires reste toujours identique, partout. Le modèle-type du bateau de l'Âge du Bronze semble donc assez bien établi. En étudiant la poupe et la proue des 1700 gravures rupestres de bateaux, Ling a tout de même relevé que leurs formes se rapprochaient, vers la fin de l'Âge du Bronze, de celles des navires vikings avec leur figure de forme animale à la proue caractéristique.

 

Une longue tradition navale

Le bateau danois de Hjortspring a presque 2500 ans. Il a été mis au jour en 1921 sur l'île d'Als, dans un marais. Il ressemble beaucoup aux bateaux sur les gravures rupestres et reste jusqu'à présent le seul exemple de bateau en Scandinavie presque complet aussi ancien. L'époque de sa construction est estimée à l'an 350 avant notre ère.

Le bateau de Hjortspring est construit avec des planches assemblées entre elles à l'aide de cordages passant dans des trous prévus à cet effet. Elles se recouvrent légèrement de sorte qu'il est possible de considérer cet agencement comme le premier modèle connu de bordage à clin. En outre, des armes et de l'équipement pour de nombreux guerriers ont été découvert sur le site permettant de conclure qu'il s'agissait d'un navire de guerre.

À son bord, avec un gouvernail à chaque extrémité, il devait probablement autoriser l'embarquement d'un équipage de 22 marins, avec dix pagayeurs de chaque côté. Une réplique de ce bateau a démontré qu'il pouvait atteindre la vitesse de 8 nœuds. Pour les chercheurs, il ne fait aucun doute que le bateau de Hjortspring s'inscrit dans une très longue tradition de construction navale, qui a survécu jusqu'à nos jours.

 

Des pales de pagaies de l'Âge du Bronze

À ce jour, les archéologues norvégiens n'ont pas découvert de grands navires, qui auraient pu se conserver, semblables à ceux des gravures rupestres.

Toutefois, dans les comtés de Troms et du Nordland, des pagaies qui ont entre 3000 et 4500 ans ont été mises au jour. Les pagaies de cette époque ne sont pas différentes des pagaies des canoës d'aujourd'hui. D'après l'archéologue Stephen Wickler du Musée universitaire de Tromsø, elles pourraient avoir servi, avec une longueur de manche adaptée, à propulser des bateaux légers sur de longues distances le long de la côte au nord de la Norvège.

Des pales de pagaies similaires, datant aussi de l'Âge du Bronze, ont été trouvées dans le sud de la Scandinavie, en Allemagne et dans les États baltes. C'est un autre témoignage, selon les chercheurs, des contacts établis entre les gens de l'extrême nord de la Norvège et du continent.

 

De grandes maisons longues

Il y a quelques décénies encore, certains archéologues estimaient que la population en Norvège à l'Âge du Bronze avait dû être nomade, car ils ne trouvaient que très peu de traces de leur histoire. Mais les fouilles de ces dernières années ont permis d'identifier plusieurs établissement datant de cette période.

Ainsi, les chercheurs ont été en mesure de montrer que les maisons norvégiennes d'il y a 4000 ans ressemblaient beaucoup aux maisons longues construites au cours de l'Âge Viking, il y a 1000 ans. Les maisons plus anciennes de l'Âge du Bronze pouvaient mesurer jusqu'à 40 mètres de long. Leur longueur correspondait a minima au double de leur largeur. Elles étaient divisés en deux voire trois espaces.

Ce n'est que lorsque les archéologues norvégiens ont commencé à chercher les vestiges de ces habitations, qu'ils ont commencé à les trouver. Cependant, il leur reste beaucoup de travail à accomplir dans ce domaine précis, et cela ne sera rendu possible que si les financements le permettent.

 

Des fermes et des villages entiers

Les exploitations agricoles avec leur basse-cour, leurs champs et leurs pâturages existaient en Norvège depuis l'Âge de Pierre, il y a 4000 ans, très longtemps avant l'Âge Viking.

Les animaux de la ferme à cette époque étaient pour la plupart les mêmes que ceux élevés par les Vikings ou les fermiers de nos jours. Les gens gardaient des vaches, des moutons, des chèvres, des porcs et des chevaux. Et leur chien courait dans la cour. [Lire sur Idavoll: Les animaux domestiques des Vikings]

Dans la kommune de Forsand, dans le comté de Rogaland, la réplique d'une petite partie d'un village de l'Âge du Bronze a été construite, à l'endroit où les archéologues ont découvert un village entier composé de centaines de maisons de l'Âge du Bronze et de l'Âge du Fer ancien.

 

Un vaste réseau de distribution

Lorsque la découverte et le développement de la métallurgie du bronze a eu lieu au Moyen-Orient et en Europe du Sud-Est il y a plus de 4000 ans, la vie est devenue plus facile pour les gens. Il est devenu aisé de fabriquer des armes et des outils, et les bijoux n'en devinrent que plus beaux. "Les gens sont devenus pour la première fois à l'Âge du Bronze très dépendants des métaux", a souligné Kristian Kristiansen.

Néanmoins, les gisements de cuivre et d'étain qui composent le bronze ne se trouvaient qu'à quelques endroits en Europe, et souvent à des endroits complètement différents sur le continent. "C'est ainsi qu'un vaste réseau de distribution s'est imposé comme une nécessité", a souligné le chercheur suédois.

Cette nécessité est ce qui permet de comprendre à quel point les gens de l'Âge du Bronze devinrent, en fin de compte, dépendants de la navigation. Dans leurs navires, ils pouvaient transporter aussi bien du bronze que les biens qui leur permettraient d'acquérir le précieux alliage. Et parmi ces biens, il se peut que des êtres humains aient été aussi une marchandise.

 

La "bronzéisation", une mondialisation avant l'heure

La recherche sur le matériel génétique -l'ADN- des personnes décédées il y a environ 3000 ans a révélé les distances qu'elles ont parcourues et combien elle furent mobiles.

Plusieurs des femmes notamment qui se trouvaient au sein des communautés de l'Âge du Bronze au Danemark venaient d'endroits éloignés, alors que les hommes appartenaient le plus souvent à une communauté locale. Pourquoi en était-il ainsi? Les chercheurs n'ont pas de réponse à apporter, mais ils pensent que les femmes ont dû jouer un rôle important en diffusant des connaissances et des traditions sur de longues distances en Europe.

Helle Vandkilde, une chercheuse danoise spécialiste de cette période, a lancé il y a quelques années le concept de "bronsifisering", ce qui peut se traduire en français par "bronzéisation". Un concept qui équivaut de nos jours à celui de mondialisation. Le bronze a généré un processus identique à la mondialisation en créant de nouveaux réseaux et de nouveaux systèmes sociaux, en grande partie parce que l'alliage se compose de deux métaux, le cuivre et l'étain, qui se trouvent rarement ensemble aux mêmes endroits. Le bronze a de la sorte amplifié et accéléré la circulation des marchandises.

 

Une grande mobilité

Kristian Kristiansen de l'Université de Göteborg ne cache pas le fait qu'il y a eu beaucoup de discussions entre les experts de l'Âge du Bronze. C'est ainsi que cela doit se passer quand un domaine de recherche est confronté à un afflux de nouvelles connaissances en peu de temps. Ces récentes découvertes donnent-elles vraiment une image fidèle des gens qui vivaient en Europe du Nord il y a trois mille ans?

Par le passé, les archéologues accordaient une grande importance à la communauté locale. Ils creusaient et cherchaient des choses là où les gens avaient vécu sans se soucier, pensaient-ils, du reste du monde. Les découvertes de trésors composés de pièces de monnaie, d'armes et de bijoux étaient considérées comme les plus importantes.

Désormais, la recherche se porte davantage sur les gens et la façon dont ils vivaient et mouraient. Au cours des dernières années, des chercheurs tels que Kristiansen, Melheim, Vandkilde et plusieurs autres se sont plutôt penché sur la manière dont les nouvelles méthodes scientifiques d'investigation dressent le tableau d'une société, tout au long de l'Âge du Bronze, très mobile, avec des contacts à longue distance.

 

De nouvelles méthodes scientifiques

La femme de Skrydstrup, décédée à l'âge de 16 /18 ans au Danemark serait originaire du sud de l'Allemagne - Photo Musée national"De nouvelles méthodes scientifiques ont révolutionné notre domaine de recherche", a confié Kristiansen. "Maintenant, nous savons, par exemple, d'où vient vraiment le cuivre dans les objets que nous avons trouvés. Nous savons qu'il a été transporté sur de longues distances."

Le chercheur suédois se réfère ici aux méthodes de traçage de l'origine du cuivre. Les chercheurs peuvent désormais mesurer les oligo-éléments dans le cuivre. Avec les isotopes du plomb dans le cuivre, les oligo-éléments peuvent nous dire de quel type de minerai il s'agit et de quand date le cuivre. Ensemble, cela crée une sorte d'empreinte digitale qui révèle l'âge et le lieu d'origine du métal. [Lire à ce sujet: Danemark - Du cuivre dans les cuisines de l'Âge Viking]

"L'ADN et les marqueurs chimiques que nous trouvons sur les squelettes de l'Âge du Bronze sont tout aussi passionnants. Cela nous montre que les gens à cette époque voyageaient souvent loin, en particulier les femmes", poursuit-il. En Norvège, les archéologues n'ont hélas découvert à ce jour aucune tombe de cette période dans laquelle les cheveux ou les vêtements du défunt se seraient conservés. Celle qui s'en rapprocherait le plus est la tombe de la femme de Rege dans le Rogaland, qui contenait de beaux bijoux. Mais au Danemark, trois merveilleuses découvertes ont été faites de sépultures de femmes: la fille d'Egtved, la femme de Skrydstrup et la femme d'Ølby.

 

De la laine d'Italie en Norvège?

D'après Lene Melheim, du Musée d'Histoire culturelle d'Oslo, les textiles de l'Âge du Bronze figurent parmi les artefacts les mieux connus à présent. "De nouvelles recherches montrent qu'il y a également eu un important commerce de textiles en Europe. Par exemple, de grandes quantités de laine ont été produites au sein de la culture Terramare en Italie. Les textiles en laine ont peut-être été importés en Scandinavie."

Lene Melheim est pleinement consciente qu'il faut savoir raison garder dans l'interprétation des nouvelles découvertes sur l'Âge du Bronze. 

Elle souligne que bon nombre des nouvelles méthodes que les chercheurs utilisent actuellement ne sont pas encore complétement abouties. "Certaines des interprétations présentées aujourd'hui changeront dans les années à venir, avec davantage de données et une base de comparaison plus large."

 

Trois degrés de plus

Au début de l'Âge du Bronze il y a 3500 ans, les climatologues estiment qu'il faisait en moyenne jusqu'à 3 degrés de plus qu'en Norvège aujourd'hui. Par la suite, les températures ont chuté jusqu'à ce que le climat devienne, il y a environ 1500 ans, glacial. [ lire à ce sujet: Le fimbulvetr, le long et rude hiver de la mythologie nordique, n'est pas une affabulation]. Il faudra attendre l'Âge Viking, il y a un peu plus de 1000 ans, pour que les conditions météorologiques redeviennent quelque peu plus clémentes.

Il y a 3000 ans donc, il faut imaginer que les côtes norvégiennes dans leur grande majorité étaient couvertes dimmenses chênes. Des forêts entières de grands arbres à feuilles caduques accueillaient les marins dans l'Altafjord au Finnmark et recouvraient les régions à l'intérieur des terres telles que le Hedmark, l'Oppland et le Buskerud. Une grande partie des montagnes étaient encore boisées.

Toutefois, dès la fin de l'Âge de Pierre, une grande partie de ces forêts furent défrichées. Et cela continua tout au long de l'Âge du Bronze. Dans l'ouest du pays, la bruyère callune - devenue depuis la fleur nationale de la Norvège- commença à recouvrir les sols. Le long de la côte et à l'intérieur des terres, des fermes, des pâturages ainsi que les premières communautés firent leur apparition. Le climat était si doux que les gens pouvaient laisser les animaux dehors toute l'année.

 

Des échanges avec l'Europe continentale

La Norvège a beau se trouver en périphérie de l'Europe, les habitants de l'époque n'en observaient pas moins le développement culturel sur le vieux continent.

Les découvertes datant de l'Âge du Bronze indiquent que les Norvégiens de l'époque suivaient les tendances venues d'ailleurs tout comme les gens qui se trouvaient plus au sud de la Scandinavie. Les chercheurs pensent qu'à cette époque, les navires marchands en partance vers le sud transportaient à leur bord beaucoup de peaux et fourrures.

Les Danois, quant à eux, exportaient beaucoup d'ambre vers le sud de l'Europe. Dans les tombes égyptiennes de l'époque des pharaons, les archéologues ont mis au jour des bijoux en ambre de la mer Baltique. Mais les peaux, qui pourraient avoir été envoyées de Norvège dans le Sud, se sont sans doute décomposées depuis longtemps.

 

Un matériau recyclable

Les chercheurs ne savent pas qui développa en premier la métallurgie du bronze. Ce fut peut-être le peuple syrien au Moyen-Orient ou peut-être la culture d'Unetice dans l'actuelle République tchèque, agarique en Espagne ou anglo-saxonne au Royaume-Uni. Le précieux alliage de cuivre et d'étain a aussi pu être inventé par différentes personnes à plusieurs endroits, indépendamment les uns des autres. 

La grande qualité du bronze, outre sa résistance, est sa ductilité, sa capacité à se déformer plastiquement sans se rompre qui permettait de l'utiliser encore et encore lorsque quelque chose se cassait. Parce que le bronze était un matériau facile à recycler et donc très souvent réutilisé, il y en a rarement de grandes quantités sur les sites archéologiques. À moins qu'un défunt ait été inhumé avec des offrandes en bronze, ou qu'il y ait eu un sacrifice dans un marais ou un lac.

Dès son invention, le bronze fut très recherché et la demande en cuivre et en étain en Europe devint rapidement supérieure à l'offre. Il était notamment difficile de se procurer à cette époque  de l'étain.

 

Du cuivre gallois et italien en Norvège

Aucune extraction minière du cuivre ou de l'étain dans les pays nordiques à l'Âge du Bronze n'a pu être établie. Cela interroge les chercheurs car il y a bien du cuivre en Norvège, à Røros, à Karmøy et ailleurs, et de l'étain dans le comté de Telemark.

Par le passé, et il y a quelques années encore, les spécialistes de l'Âge du Bronze estimaient que le cuivre des épées et des bijoux trouvés en Norvège provenait des gisements d'Europe centrale. Leur argument principal reposait sur la grande similitude entre les épées de l'Âge du Bronze en Norvège et dans cette partie de l' Europe.

Une partie du bronze provenait certainement de ce que nous appelons aujourd'hui la République tchèque et la Slovaquie. Mais à présent, rapporte Lene Melheim, les chercheurs ont pu montrer qu'une grande partie du cuivre de l'époque en Scandinavie était originaire d'une mine au Pays de Galles (Royaume-Uni). "Une grande part pourrait aussi provenir d'Italie", a-t-elle ajouté en se référant à une étude de près de 100 découvertes danoises en bronze, dans laquelle Melheim et ses co-auteurs concluent que 40% du cuivre était issu de gisements dans le Tyrol du Sud, une province de l'actuelle Italie.

En Suède l'année dernière, le chercheur Johan Ling a lancé une nouvelle étude portant sur un total de 118 épées de l'Âge du Bronze en Scandinavie. D'après lui aussi, une mine de cuivre en Italie aurait été, il y a 3500 ans, la source la plus importante pour couler des épées en bronze à la fois en Italie et en Scandinavie.

En ce qui concerne l'étain dans le bronze norvégien, les chercheurs ne sont certains de rien. Mais à nouveau, le Royaume-Uni se distingue comme le lieu d'origine le plus probable, d'après Lene Melheim qui a obtenu son doctorat sur la production des métaux à l'Âge du Bronze.

 

La société de l'Âge des métaux

L'Âge du Bronze a sans doute vu émerger une société où ceux qui dirigaient ont acquis davantage de pouvoir, à l'instar des dirigeants à l'époque viking. Ces personnes devaient contrôler à la fois les projets de construction et le commerce et ont pu également être des chefs religieux.

L'agriculture permettait de nourrir davantage de gens qu'à l'Âge de Pierre, ce qui permettait à un plus grand nombre de personnes de travailler. Certains avaient donc besoin de tout organiser. Il fallait que les dirigeants montrent qu'ils étaient des leaders. Par conséquent, ils acquirent probablement des armes, des vêtements et des bijoux prestigieux dans le but d'asseoir leur pouvoir. Cela pourrait être la raison, selon les chercheurs, d'un accroissement de la demande en textiles et en bronze.

Les découvertes archéologiques réalisées au cours des dernières décennies montrent qu'à ce moment de l'Histoire, la culture des métaux s'est répandue à travers toute la Norvège. Les forgerons qualifiés de l'Âge de Pierre durent sans doute s'adapter. En tout cas, ils finirent par égaler et souvent même surpassèrent leurs professeurs sur le vieux continent, en produisant des bijoux et des épées décorées en bronze, dont les motifs furent identiques à ceux fabriqués dans le reste du sud de la Scandinavie et dans le nord de l'Allemagne. Cela confirme encore que les gens appartenaient à une même culture, même s'ils vivaient loin les uns des autres.

 

Le froid et le fer 

Alors que l'Âge du Bronze touche à sa fin, le climat en Norvège se dégrade. Ce changement s'est alors, accompagné d'un bouleversement qui s'est avéré, d'une certaine façon, tout aussi dramatique: l'exploitation du minerai de fer. Cela se produisit environ 600 ans avant notre ère en Norvège. 

Le minerai de fer était facilement accessible dans les tourbières. Il suffisait de récupérer le minerai, de le traiter, puis le forgeron ou tout un chacun avec quelque habilité pouvait fabriquer des armes, des outils comme des bijoux. Si le fer fut indéniablement une révolution pour les gens au même titre que le bronze avant lui, il contribua à affaiblir les relations que les Norvégiens de l'Âge du Bronze entretenaient jusque là avec le vieux continent.

Dans le même temps, le froid s'intensifia progressivement au cours de l'Âge du Bronze, rendant la vie des gens plus difficile. Il fallut construire des granges pour accueillir les animaux en hiver. Dans la forêt, les épicéas commencèrent à remplacer les feuillus. À la fin de l'Âge du Bronze, comme les archéologues ont pu le constater lors de leurs investigations, de nombreux objets précieux furent sacrifiés aux dieux.

bronze cuivre maison longue navire mondialisation gravure rupestre Âge du Bronze Norvège archéologie viking

  • 2 votes. Moyenne 4.5 sur 5.

Idavoll vous souhaite une bonne année!

 

Un court-métrage mythico-fantastique réalisé par Let's Dream Entertainment, partenaire officiel d'Idavoll.

Remerciements:

Chris La Minotaurette, Youri Pitoisov, Mathéo, Boendr Brok, Antoine Nadalin, 

Le Repaire d'ASGEÏR et Let's Dream Entertainment

Merci également à tous les lecteurs abonnés à Idavoll pour votre soutien et vos partages.