IDAVOLL

Ecosse - Les pierres de Govan, un patrimoine de l'Âge Viking en quête de protection

Un appel aux dons urgent vient d'être lancé afin d'assurer l'avenir de l’un des plus importants trésors historiques, culturels et patrimoniaux de l’Écosse. Les pierres de Govan forment une collection rare de pierres tombales de l’époque viking témoignant, en plein coeur de l'actuelle Glasgow, de la puissance de l'ancien royaume de Strathclyde.

Les pierres, sculptées entre le IXème et le XIème siècle pour commémorer le pouvoir et la richesse des élites qui dirigèrent le royaume de Strathclyde, sont exposées dans la vieille église de Govan depuis 1926, à la suite de leur découverte dans un cimetière voisin. Le Govan Heritage Trust est désormais en charge de la rénovation de leur lieu d'exposition comme de la valorisation de ce pan majeur du passé écossais, un patrimoine exceptionnel encore trop largement méconnu.

La plus grande collection de sculptures du Xème siècle au Royaume-Uni

La fondation, qui a réussi à stopper la fermeture et la vente de l'église en 2016, vient de lancer un appel aux dons afin de recueillir 219 000 £. À l’heure actuelle, la fondation ne peut compter que sur des subventions à court terme pour maintenir l’église ouverte. Historic Environment Scotland, le conseil municipal de Glasgow et le Heritage Lottery Fund ont déjà octroyé 566 000 £ pour contribuer au développement du site.

"La collection est encore un peu secrète, mais il s’agit de la troisième plus grande collection de sculptures du haut Moyen Âge au Royaume-Uni et, en considérant uniquement le Xème siècle, c'est probablement la plus grande", a expliqué Frazer Capie, coordinateur du projet Govan Stones. "L'argent que nous essayons de collecter est essentiel pour l'avenir de la collection et l'avenir de l'église. Il permettrait d'agrandir le site pour créer un centre touristique dont la collection a besoin.

La première phase des travaux, qui consiste à convertir un sous-sol non utilisé en espace commercial louable, revêt une importance capitale pour la fondation, car elle générera le premier revenu du projet et assurera l'avenir de l'édifice classée en catégorie A [i.e un édifice d'importance nationale ou internationale], et de sa précieuse collection. Par la même occasion, cela permettra à la fondation de mieux appréhender la façon dont l'histoire des pierres de Govan peut être racontée à un plus large public. À terme, le site est appelé à se transformer en un nouveau complexe culturel, muséal et commercial, d'une grande importance pour Glasgow.

 

Les hogbacks  vikings

Ecosse - Les hogbacks, ou pierres tombales vikings, exposées dans l'Eglise de Govan - Photo: Tom ManleyQuarante-cinq pierres existaient jusque dans les années 1980. Cependant, beaucoup ont été détruites lors de chantiers ou confondues avec des débris.

Aujourd'hui, la collection comprend 31 stèles funéraires pesant chacune une demi-tonne et 5 pierres tombales de type scandinave, dites hogback [i.e "dos d'âne"], qui suggèrent que la région a été peuplée, ou du moins en partie, par les Vikings. Les hogbacks sont de grands blocs de grès, taillés de façon à reproduire la forme d'une halle ou d'un lieu de culte nordique, sculptés puis placés en guise de protection au-dessus des tombes.  "Cela sous-tend l'idée que ce royaume britannique de Strathclyde entretenait des liens étroits avec le monde scandinave. Mon sentiment est que cela est censé représenter une halle de seigneur ou de chef" a déclaré Stephen Driscoll, professeur d' Archéologie à l'Université de Glasgow.

Il en a été exclusivement découvert dans les régions du nord de la Grande-Bretagne et en Irlande, mais jamais d'aussi grandes que les cinq de Govan.

À cela s'ajoute le sarcophage de Govan, considéré comme la pièce maîtresse de la collection. Il aurait été extrait de la tombe de Saint Constantin, martyr de sang royal puisque fils du roi picte Kenneth MacAlpin. Il présente des sculptures de scènes de chasse et des figures de guerriers. Taillé dans un roc solide, le sarcophage est le seul de ce type à avoir été trouvé dans la région, en 1855, dans un cimetière au sud-est de l'église. 

 

Un métissage de Bretons et de Scandinaves

Ces monuments funéraires ont été créés après le déplacement à Govan du centre spirituel et politique du royaume de Strathclyde, peuplé de Bretons insulaires. Cela fit suite à la destruction de leur ancien établissement à Dumbarton, attaqué par les Vikings en 870.

À l'époque, Partick et Govan n'étaient séparés que par un tronçon peu profond de la Clyde. Les traces d'une ancienne traversée de la rivière, d'un sentier cérémonial du haut Moyen Âge et d'un lieu de rassemblement sur la colline de Doomster - qui fut arasée à la moitié du XIXème siècle - fournissent d'autres preuves éloquentes du développement de ce royaume médiéval dans la région. Les Bretons avaient finalement appris à vivre aux côtés des Vikings à Govan, les communautés se mélangeant probablement par le mariage et l'adoption éventuelle du style artistique nordique, d'après Frazer Capie.

Le professeur Stephen Driscoll, qui est aussi administrateur de Govan Heritage Trust, a décrit Govan comme un "site remarquable et unique", avant de poursuivre: "Le Govan Heritage Trust gère la plus grande collection de sculptures du début du Moyen Âge ne relevant pas de la compétence de l'État, soit ce qui représente la preuve la plus tangible du royaume de Strathclyde. L'ensemble remarquable de hogbacks provient d'une société métisée de scandinaves et de bretons insulaires qui a émergé dans l'ouest de l'Écosse à la fin de l'Âge Viking. Ce sont non seulement les plus grands d'Écosse, mais aussi les plus gros hogbacks jamais découverts."

 

Pat Cassidy, administrateur de Govan Heritage Trust et directeur général de Govan Workspace, qui dirigera la rénovation de l'ancienne église de Govan, a conclu: "Lorsque la fermeture de l'édifice classé A et de son site médiéval a été annoncée, les habitants ont réagi avec colère, arguant que c’était encore un camouflet envers une communauté opprimée. Une campagne a été lancée et un business plan élaboré pour remédier à cette situation. Le vieux Govan et son statut patrimonial remarquable ont été identifiés comme un moyen d'apporter des avantages sociaux et économiques à la région. Notre objectif est d'en faire une attraction culturelle de Glasgow, un centre d'accueil pour les visiteurs et une ressource communautaire, comme de développer un espace d'affaires visant à générer des revenus pour sa pérennisation.

History of The Govan Sarcophagus, on Live at Five

viking Ecosse Glasgow Govan pierres tombales hogback

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !