IDAVOLL

Les Shetland - L'archipel qui faisait la fête comme les Vikings pendant 24 jours à Noël

Dans l'archipel des Shetland à l'Âge Viking, le milieu de l'hiver était illuminé par la grande fête de Jul, ou Yule, une célébration qui durait 24 jours autour du solstice d'hiver, la nuit la plus longue de l'année avant le lent retour du soleil sur les terres les plus septentrionales. 

Les Vikings ont conquis l'archipel au cours du IXème siècle, et les Shetland restèrent sous domination norvègienne durant près de cinq siècles. Ils observaient plusieurs coutumes spécifiques à cette période de l'année, comme consommer de la bière, danser et s'adonner à d'autres réjouissances, comme faire bouillir une demi-tête de vache, puis utiliser son crâne comme bougeoir.

Des coutumes qui ont perduré jusqu'à la fin du XVIIIème siècle.

 

Un brassage de traditions

"Les gens parlaient des 'Yules' et cette période correspondait à un mois entier de festins et festivités en tout genre", rapporte James R. Nicolson, dans son ouvrage d'histoire régionale publié en 1981 et intitulé Shetland Folklore. 

Il indique également que les insulaires ont mélangé les coutumes chrétiennes de Noël avec l'ancienne façon de fêter Yule jusqu'à la fin des années 1700. "Les gens continuaient à danser et à faire la fête, même si pendant quelques brèves heures, ils suspendaient les réjouissances pour célébrer la naissance du Christ."

"Il est clair que vers la fin du XVIIIème siècle, Yule dans les Shetland était une célébration plus longue qui durait 24 jours comme au temps des Vikings, et chaque nuit, sauf le dimanche, une danse avait lieu dans une maison de la communauté", précise l'auteur.

Yule commençait véritablement au solstice d'hiver, dans la nuit du 21 au 22 Décembre, mais les festivités débutaient sept nuits avant ce que l'on appelait le Tul-yas-e’en.

 

Des trows aux bougeoirs en tête de vache

Trows - Illustration: Andrew L. PaciorekLa nuit de Tul-yas-e’en, les gens pensaient que les trows - des créatures surnaturelles et espiègles issues des croyances et du folklore des îles du nord de l'Écosse, peut-être dérivées des trolls norvégiens - avaient la permission de quitter leurs demeures souterraines et de visiter les maisons de l'archipel.

Tul-yas-e'en était suivie par Helya's Nicht, où un plat spécial confectionné à base de lait était mangé, avant que les enfants ne fussent confiés aux soins de Midder Mary, c'est-à-dire "Mère Marie", une autre relique de l'époque catholique romaine souligne Nicolson.

Après le jour de l'abattage du porc (le 17 Décembre), venait Tammasmas E'en, qui était un jour particulièrement saint. Aucun travail d'aucune sorte n'était autorisé, ni aucun divertissement festif permis. Malheur à ceux qui brisaient ce tabou, car la malchance allait certainement frapper à leur porte.

Le dernier dimanche juste avant Noël était un autre jour particulièrement important où se déroulait l'une des coutumes les plus étranges. Appelé Dimanche de Byana - ou dimanche de prière - la moitié d'une tête de vache était bouillie et mangée pour le dîner ce soir-là. Le crâne était soigneusement nettoyé et une bougie était insérée dans l'une des orbites vacantes. Le tout était mis de côté afin de servir quelques jours plus tard.

La veille de Yule était généralement une journée consacrée aux préparatifs. Après la cuisson du pain, un gâteau à l'avoine rond était préparé pour chacun des enfants de la famille. Ces gâteaux, avec un trou découpé au centre et décorés tout autour en pinçant la pâte de sorte à leur donner une forme de soleil, sont connus sous le nom spécifique de "Gâteaux de Noël", comme le précise Nicolson. Ils étaient courants dans toute l'Europe du Nord, où des variantes étaient également préparées pour les festivités de l'été.

 

Le jour de Yule

La dernière nuit avant Yule E'en, le jour de Yule, chaque membre de la famille se lavait et enfilait un vêtement propre pour dormir. Mais avant le coucher, il existait un rituel précis à accomplir. Il fallait plonger les mains ou les pieds dans une eau où trois morceaux de tourbe brûlante avaient été placés. D'après les croyances, les trows, esprits malicieux, pouvaient s'emparer d'une personne par son pied ou sa main si jamais ce rituel n'était pas suivi à la lettre.

Par ailleurs, Jessie ME Saxby, auteure de Shetland Traditional Lore paru en 1932, relève que la maison devait être rangée afin qu'il ne reste rien de chrétien en vue. Toutes les serrures étaient alors ouvertes et une lampe brûlait toute la nuit.

Avant les premières lueurs du matin de Noël, le chef de la maison allumait la bougie qui avait été au préalable placée dans l'orbite du crâne bovin. Il l'utilisait ensuite pour éclairer le chemin vers l'étable, où le bétail était nourri plus généreusement que d'ordinaire, toujours à cette seule lumière.

À son retour des corvées, de l'alcool (probablement de la bière à l'Âge Viking, puis plus tard du whisky) était servi à tous les membres de la maisonnée et parfois à quelques voisins privilégiés. Comme cela était censé porter chance pour l'année à venir, même le plus jeune enfant devait au moins en prendre une gorgée.

Personne ne devait bien entendu travailler le jour de Yule. Les maisons partout dans les Shetland bruissaient des danses, des jeux et des chants auxquels tous prenaient part, et les hommes jouaient au football.

Au coucher du soleil, deux morceaux de paille étaient retirés de la cour et posés en forme de croix sur la barrière à l'entrée de la cour, dans le but de protéger les vies et les biens. Dans le même but, du crin prélevé sur chaque vache était tressé et attaché au-dessus de la porte de l'étable et de la tourbe enflammée était transportée à travers toutes les dépendances.

 

Des coutumes à prendre au sérieux

Les rituels et les coutumes étaient pris au sérieux, car les gens craignaient que le moindre écart ne porte malheur à toute la maisonnée.

Les sept jours suivants, aucun travail ne devrait être encore entrepris au risque que la malchance ne frappe pour un an le contrevenant. Une histoire locale en guise d'avertissement, raconte que deux pêcheurs sont sortis le quatrième jour après Noël et ont rencontré une horrible créature marine ressemblant pour partie à un cheval.

Le jour du Nouvel An, un peu de travail, comme le raccommodage, le nettoyage et peut-être un peu de pêche était autorisé. De ce jour jusqu'au Up Helly Aa, qui marque la fin de la saison des festivités de Noël, le travail et les divertissements allaient de pair, selon Nicolson. Les fêtes dans les maisons n'ont cessé de prendre de l'ampleur et les gens ont commencé à se rassembler dans les granges. La danse était "énergique" et les temps vraiment très joyeux.

La première procession de Yule aux flambeaux a eu lieu en 1876 et celle du jour de l'Up Helly Aa en 1881. Chaque année, le Up Helly Aa de Lerwick, célèbre dans le monde entier, clôt fin janvier la saison des festivités.

The Festival of Up Helly Aa

Jul Yule Shetland fête Up Helly Aa Orcades paganisme Noël viking folklore

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Idavoll vous souhaite une bonne année!

 

Un court-métrage mythico-fantastique réalisé par Let's Dream Entertainment, partenaire officiel d'Idavoll.

Remerciements:

Chris La Minotaurette, Youri Pitoisov, Mathéo, Boendr Brok, Antoine Nadalin, 

Le Repaire d'ASGEÏR et Let's Dream Entertainment

Merci également à tous les lecteurs abonnés à Idavoll pour votre soutien et vos partages.