IDAVOLL

Science - Pourquoi les Vikings du Groenland ont disparu?

Par Eli KintischEn 1721, le missionnaire Hans Egede a voyagé de Norvège au Groenland sur un navire appelé L'Espoir, à la recherche des agriculteurs scandinaves dont les Européens n'avaient plus entendu parler depuis 200 ans, afin de les convertir au protestantisme. Il a exploré les fjords parsemés d'icebergs qui firent place aux douces vallées et aux lacs d'argent miroitant en-dessous de la massive calotte glaciaire. Mais quand il a demandé aux chasseurs inuits qu'il a rencontrés où se trouvaient les hommes du Nord, ils lui ont montré les murs effondrés d'une église en pierre: les seuls vestiges de 500 ans d'occupation. "Quel a été le sort de tant d'êtres humains, coupés si longtemps de toute relation avec le monde plus civilisé?" a écrit Egede dans un récit de son voyage. "Ont-ils été anéantis par une invasion d'indigènes ... [ou] ont-ils péri en raison de la rigueur du climat et de la stérilité du sol?"

Les archéologues se posent encore la question aujourd'hui. Aucun chapitre de l'histoire de l'Arctique n'est plus mystérieux que la disparition au XVème siècle de ces colonies scandinaves d'autrefois. Les théories concernant l'échec de la colonie ont tout envisagé, des sinistres pirates basques à la peste noire. Mais les historiens ont le plus souvent pointé la responsabilité des Scandinaves eux-mêmes, en faisant valoir qu'ils ont échoué à s'adapter à l'évolution du climat. Des Scandinaves partis d'Islande se sont installés au Groenland au cours d'une période chaude vers l'an 1000. Mais alors qu'une ère froide appelée le petit âge glaciaire survenait, ils ont continué à se cramponner à l'élevage de bétail et à construire des églises, gaspillant des ressources naturelles comme le sol et le bois de construction. Pendant ce temps, grâce à la chasse aux phoque et aux baleines, les Inuits survécurent dans le même environnement.

Cependant, au cours de la dernière décennie, de nouvelles fouilles dans l'Atlantique Nord ont obligé les archéologues à revoir certains de ces points de vue de longue date. Un collectif de recherche international appelé l'Organisation Bioculturelle de l'Atlantique Nord (NABO) a accumulé de nouvelles données précises sur les anciens mode de vie des colonies, le régime alimentaire et le paysage. Les résultats suggèrent que le Groenland norrois était moins centré sur le bétail et plus sur le commerce, en particulier celui de l'ivoire de morse, et que pour la nourriture, ils comptaient plus sur la mer que sur leurs pâturages. Il ne fait aucun doute que le climat a été une contrainte pour la colonie, néanmoins le scénario émergent n'est pas celui d'une société agricole à court de nourriture, mais celui d'une société de chasseurs à court de proies, vulnérables aux naufrages en mer et aux troubles sociaux.

L' historien Poul Holm du Trinity College à Dublin salue la nouvelle théorie qui révèle que les scandinaves au Groenland ne formaient "pas une civilisation figée dans ses habitus." Pour l'archéologue du NABO, George Hambrecht de l'Université du Maryland à College Park, : "La nouvelle histoire est qu'ils se sont adaptés, mais qu'ils ont quand même échoué."

Alors que cette toute nouvelle approche est en train d'émerger, l'ironie du sort veut que le changement climatique menace une nouvelle fois les colonies vikings ou du moins ce qu'il en reste. Les artefacts organiques comme les vêtements et les os d'animaux, conservés pendant des siècles dans le congélateur du pergélisol, se détériorent rapidement avec la hausse des températures et le dégel du sol. "C'est horrible. Juste au moment où nous pouvons faire quelque chose de toutes ces données, elles sont en train de disparaître sous nos pieds", déclare Holm.

En 1976, le barbu Thomas McGovern, alors âgé de 26 ans, est arrivé pour la première fois sur la rive herbeuse d'un fjord dans le sud du Groenland, désireux de commencer à travailler sur son doctorat en archéologie. La base de la chronologie des colonies nordiques avait déjà été établie. Au IXème siècle, les progrès de la technologie maritime qui ont permis aux Vikings scandinaves de piller l'Europe du Nord et l'Europe centrale, leur ont également ouvert la voie des voyages vers l'ouest à partir de l'Islande. Si l'on en croit les Sagas islandaises, peu fiables car écrites des siècles plus tard, un Islandais entreprenant nommé Erik le Rouge a conduit plusieurs navires au Groenland vers 985. Ces hommes du Nord ont finalement établi deux colonies avec, à l'apogée, des centaines de fermes et plus de 3000 colons. Mais en 1400 d'après la datation au radiocarbone, la colonie sur la côte Ouest de l'île fut abandonnée et en 1450 les habitants de la colonie de l'Est, sur la pointe sud de l'île, étaient également partis.

Les données recueillies dans les années 1980 par McGovern et d'autres ont suggéré que les colonies avaient été condamnées en raison d'un "conservatisme fatale face à des ressources fluctuantes", comme McGovern, à présent à l'Hunter College de New York, l'écrivit à l'époque. Les Scandinaves se considéraient comme des agriculteurs, pensait-il avec les autres, s'ocuppant des champs pour le foin en dépit d'une courte saison de croissance et important des vaches laitières et des moutons depuis l'Islande. Un traité royal norvégien du XIIIème siècle appelé le Miroir du Roi loue l'aptitude du Groenland pour l'agriculture: le soleil y brille "d'une force suffisante, là où la terre est exempte de glace, pour réchauffer le sol de sorte qu'il donne du foin bon et parfumé."

La Lutte contre le grand froid

Les données environnementales montrent que le climat du Groenland a empiré pendant la colonisation nordique. En réponse, les Scandinaves se détournèrent des fermes en péril pour chercher la nourriture du côté de la mer avant de finalement abandonner leurs colonies.

Les échantillons d'os suggèrent que même les petites fermes ont conservé une vache ou deux, un signe de statut déjà en Norvège, et des documents écrits mentionnent des produits laitiers incluant le fromage, le lait et une sorte de yaourt appelé skyr comme les éléments essentiels de l'alimentation. Il n'y avait pas d'activités plus centrales dans l'identité nordique que l'agriculture" écrivait en 2000 l'archéologue William Fitzhugh du Musée National de la Smithsonian Institution of Natural History (NMNH) à Washington DC.

Le géographe Jared Diamond de l'Université de Californie, Los Angeles, a popularisé ce point devue dans son best-seller Collapse en 2005. Les Scandinaves "ont endommagé leur environnement"comme ils l'avaient fait en Islande, affirmait Diamond sur la base des analyses de poussière qui suggéraient une érosion causée par l'abattage des arbres, l'agriculture et la coupe de l'herbe. Alors qu'ils construisaient follement des églises avec des cloches en bronze coûteuses, Diamond disait que les Scandinaves du Groenland "ont refusé d'apprendre" letechniques de chasse de l' Arctique des Inuits qui  se nourrissaient des phoques et des poissons toute l' année. Il a relevé une preuve macabre de cette calamité sur quelques sites dans une colonie de l'Ouest: des os de chiens de compagnie montrant des marques de coupe, suggèrant une famine, et des restes d'insectes qui se nourrissent de cadavres, suggérant aussi qu'il restait trop peu de survivants pour enterrer leurs proches. "Chacun d'entre eux a fini mort", a déclaré Diamond en 2008.

Ce récit a régné pendant des années. Pourtant, McGovern et d'autres avaient trouvé des indices dans les années 1980 montrant que les Scandinaves n'ont pas totalement ignoré l'écologie unique du Groenland. Même Diamond avait relevé que les os de phoques représentaient 60% à 80% des os dans les tas de détritus, appelés fosses, trouvés dans les petites fermes nordiques (il croyait, cependant, que seuls les colons pauvres mangeaient de la viande de phoque). Les sources écrites rapportent que les Scandinaves ont régulièrement fait jusqu'à 1500 kilomètres à la rame pour suivre la migration des morses près de la baie de Disko, dans l'ouest du Groenland. Ils sont revenus avec d'innombrables têtes de morses, dont ils ont prélevé et préparé les défenses d'ivoire pour le commerce avec l'Europe. Les Scandinaves payaient la dîme au roi de Norvège et à l'Église catholique avec de l'ivoire, et en échangeaient avec les marchands européens contre des fournitures comme le fer, des pièces de bateau et du bois. Mais McGovern a rejeté la chasse au morse comme "complément curieux", se souvient-il, faisant écho au consensus scientifique selon lequel l'agriculture était centrale.

Trois décennies plus tard ici à Tasilikulooq, dans une ferme Inuit moderne avec de verts pâturages bordés de lacs, un couple d'étudiants de McGovern et d'autres personnes sont occupés à explorer les vestiges d'une ferme de taille moyenne qui abritait autrefois moutons, chèvres, chevaux et quelques vaches. Deux étudiants de troisième cycle en bottes de caoutchouc et bleus de travail  nettoient au jet des objets extraits du sol, vieux de 700 ans et non identifiés, près d'une fosse de la maison effondrée. Un bouton brun de la taille d'une pièce apparaît sur le tamis métallique. "Ils ont trouvé un autre de ces boutons", dit en souriant l'archéologue Brita Hope du Musée de l'Université de Bergen en Norvège, un mot qui revient souvent à la ferme que l'équipe de neuf membres utilise comme quartier général durant le mois de fouilles."Nous pourrions faire un manteau" plaisante un étudiant.

Mais la fonction du bouton importe beaucoup moins que la matière dans laquelle il est fait: une dent de morse. Plusieurs os de têtes de morses ont également été découverts à la ferme, ce qui suggère que les habitants chassaient dans l'expédition communautaire de Disko Bay, explique le responsable des fouilles Konrad Smiarowski de l'Université de New York. Ces découvertes et d'autres désignent l'ivoire, un produit de l'environnement du Groenland, en tant que clé de voûte de l'économie nordique.

Des fouilles du NABO à Reykjavik, par exemple, ont révélé une défense, datée au radiocarbone aux environs de 900, qui avait été habilement retiré du crâne de l'animal, vraisemblablement avec un outil métallique. La découverte suggère que très tôt en Islande, les Vikings ont été "expérimentés dans le traitement de l'ivoire de morse", ont écrit les membres NABO dans un rapport en 2015; il en résulte que les Groenlandais l'étaient, aussi. Bien que les historiens ont longtemps supposé que les Scandinaves se sont installés en Islande et au Groenland à la recherche de nouvelles terres agricoles, certains chercheurs ont récemment suggéré à la place que la chasse pour l'ivoire les a conduit à la colonisation des deux îles. Le morse en Islande a progressivement disparu après que les Scandinaves soient arrivés là-bas, probablement chassés par les colons.

Berserker, pièce du jeu d'échec de LewisLa valeur élevée que l'Europe médiévale donnait à l'ivoire de morse aurait fourni une excellente raison de poursuivre la chasse au Groenland. Les artisans utilisaient l'ivoire dans les ornements de luxe, l'habillement, et pour des objets comme le fameux jeu d'échecs de Lewis, découvert en Ecosse en 1831. En 1327, un paquet de 802kg de défenses venant du Groenland valait une petite fortune, l'équivalent d'environ 780 vaches ou 60 tonnes de poissons séchés, d'après un registre de tithing [ le tithe est une taxe semblable à la dîme] analysé en 2010 par l'archéologue Christian Keller de l'Université d'Oslo. "Les Scandinaves avaient trouvé une corne d'abondance dans l'Atlantique Nord, un écosystème marin tout grouillant de morses et autres animaux", confirme l'historien Holm.

Ils l'ont exploité non seulement pour l'ivoire, mais aussi pour la nourriture, ajoute Smiarowski tandis qu'il se réfugie à côté, dans une pièce faiblement éclairée, pour y examiner ces dernières trouvailles. Un sac contient des os collectés à partir d'une couche du sol datant des années 1350. Un os de vache, mince et long, a été fendu, probablement pour en manger la moelle. Mais la plupart des os sont d'origine marine: des fragments d'os de baleine, de mâchoire et de crâne de phoques du Groenland, un bout d'oreille interne d'un phoque à capuchon. Ces deux espèces de phoques migrent vers le nord le long des côtes du Groenland au printemps, et Smiarowski pense que les Scandinaves étaient susceptibles de les attraper depuis les bateaux, avec des filets ou des massues.

En 2012, les chercheurs du NABO ont conclu sur le régime alimentaire marin des Groenlandais en analysant des ossements humains dans les cimetières scandinaves. Les animaux qui vivent dans la mer ont des ratios d'isotopes de carbone et d'azote qui diffèrent de ceux trouvés chez les animaux terrestres, et cette signature isotopique est transmise aux personnes qui les consomment. Les os scandinaves montrent que leur régime alimentaire, alors que la colonie se développait du XIème au XVème siècle, contenait toujours plus de protéines d'origine marine. Loin de s'en tenir au bétail quand les températures ont chuté, les Scandinaves ont bel et bien réussi à gérer un système de subsistance avec "flexibilité et capacité d'adaptation", écrit l'auteur de l'article en 2012, Jette Arneborg du Musée national du Danemark à Copenhague.

Fi des agriculteurs scandinaves incompétents, comme l'ont suggéré Diamond et d'autres. Le géographe Ian Simpson de l'Université de Stirling au Royaume-Uni explique que les études précédentes ont surestimé la contribution nordique à l'érosion du sol au Groenland. De nouvelles données sur le pollen et le sol montrent que les champs et de petites forêts existaient après le labourage et la coupe du foin. Et dans les analyses des sols et des noyaux de sédiments lacustres, les chercheurs ont trouvé des indices paléoécologiques indiquant que les agriculteurs scandinaves ont habilement entretenus les pâturages avec de l'engrais de fumier et des fossés d'irrigation.

Ces résultats, ainsi que les preuves sur l'ivoire, ont transformé les idées sur la société nordique, dit McGovern, dont la barbe est maintenant blanche. "Vous commencez à voir les anciennes données, comme les os de phoques dans les fosses, sous un nouveau jour. C'est merveilleux d'avoir une chance de réviser votre ancienne pensée avant qu'un plus jeune collègue ne le fasse", dit-il. "Nous avions l'habitude de penser aux Scandinaves comme des agriculteurs qui chassaient. Maintenant, nous les considérons comme des chasseurs qui cultivaient."

C'était un mode de vie durable pour des centaines d'années. Mais au XIIIème siècle, l'économie et le climat ont commencé à conspirer contre les Scandinaves. Après 1250, un refroidissement du climat a fait peser de multiples menaces sur une société orientée vers la mer, dépendante du phoque et du morse (la température moyenne globale a diminué d'environ un degré au cours du petit âge glaciaire, bien que les scientifiques ont du mal à quantifier le refroidissement localement). Même avant que le refroidissement se soit installé, le Miroir du Roi relate des histoires de navires perdus et d'hommes qui ont péri dans la glace. Les historiens et les climatologues conviennent qu'alors que la vague de froid continuait, la glace aurait envahi les mers plus au sud un plus chaque année, perturbant la navigation. Et les concentrations de particules de sel dans les carottes glaciaires indiquent que les tempêtes maritimes ont augmentées au XVème siècle. Les sandinaves chassant les phoques migrateurs ou les morses en haute mer auraient eu à affronter des risques croissants. Les nomades Inuits, en revanche, chassaient le phoque originaire des fjords, et ont rarement entrepris des chasses en plein océan ou des expéditions.

Non seulement le climat perturbait le commerce, mais le marché s'y mit également. Vers 1400, la valeur de l'ivoire en Europe a chuté au moment où les défenses de morses russes et celles des éléphants d'Afrique ont envahi le continent.

Alors que survivre des ressources marines devenait plus difficile, sur terre la saison des cultures se raccourcissait, et les maigres pâturages rapportait encore moins. Mais les analyses du sol et des sédiments montrent que les agriculteurs, aussi, ont essayé de s'adapter, explique Simpson, souvent en intensifiant la fertilisation et l'arrosage de leurs pâturages au fur et à mesure que les températures chutaient. "Nous sommes partis avec une idée en tête selon laquelle ils étaient impuissants face aux changements climatiques et qu'ils avaient abimé le paysage"Au lieu de cela, dit-il, ces "assez bons gestionnaires" se sont adaptés activement au refroidissement du climat. En fin de compte, toutefois, leurs efforts n'ont pas suffi.

Au siège du grand évêque de Gardar, à 35 kilomètres par bateau de la modeste ferme de Tasilikulooq, l'herbe pousse autour des ruines d'une cathédrale, résidence de l'évêque, et une myriade d'autres bâtiments probablement construits par des maçons dépêchés de Norvège. Les abris de pierre ici accueillaient autrefois plus de 100 vaches, un signe de puissance en Scandinavie médiévale.

Si la colonie du Groenland était à l'origine un effort pour trouver et exploiter la précieuse ressource naturelle de l'ivoire, plutôt qu'une association d'agriculteurs indépendants, la société aurait eu besoin d'une organisation plus hierachisée que ce que les archéologues avaient pensé, selon Christian Koch Madsen des Musées nationaux du Danemark et du Groenland à Copenhague. Son travail et d'autres recherches soutiennent cette idée en révélant les changements orchestrés dans le modèle de colonie, alors que le climat empirait.

Madsen a minutieusement daté au radiocarbone les restes organiques, comme le bois, des ruines de 1308 fermes nordiques. Les dates montrent que Gardar, comme d'autres riches fermes, a été créée au début. Mais elles suggèrent aussi que, lorsque les premiers signes du petit âge glaciaire sont apparus vers 1250, des dizaines de fermes isolées ont été abandonnées, et parfois rétablies plus près des places centrales. Les os des fosses ont aidé à expliquer pourquoi: quand les températures ont chuté, les gens dans les grandes exploitations agricoles ont continué à manger du bœuf et d'autres animaux d'élevage tandis que ceux dans les petites exploitations agricoles se sont tournés vers le phoque et le caribou, comme Diamond l'avait suggéré. Pour maintenir leur régime alimentaire, les puissants du Groenland avaient à développer des pratiques agricoles intensives, comme stocker le fourrage pour l'hiver et mettre à l'abri les vaches. Il pense que les grandes exploitations ont eu du travail supplémentaire en établissant des métairies.

Les contraintes ont augmentée avec le temps qui empirait, soupçonne Madsen. Il relève que l'agriculteur scandinave moyen devait équilibrer les exigences des saisons printanières et estivales de sa propre ferme avec la chasse annuelle communautaire du morse et des phoques migrateurs. "Tout devait se passer à la fois, chaque année", dit Madsen. La privation dans les couches inférieures de la société "pourrait finalement avoir eu des répercussions sur tout le système", déstabilisant les grandes exploitations dépendantes des taxes et du travail des petites. Le commerce perturbé de l'ivoire, et peut-être des pertes en mer, n'auraient rien amélioré. Les Scandinaves du Groenland ne pouvaient tout simplement pas tenir.

Cela ajoute un détail au tableau que la plupart des archéologues étudiant les hommes du Nord ont adopté. Mais tout le monde n'est pas d'accord avec l'ensemble de la vision. Fitzhugh de NMNH, quant à lui, remet en question la nouvelle conception de la colonie comme étant essentiellement un poste de traite de l'ivoire et pense encore que l'agriculture était plus importante. "Ils ne pouvaient pas amasser assez d'ivoire pour maintenir 5000 personnes dans l'Arctique", dit-il.

Fitzhugh est en désaccord avec Madsen et d'autres sur la façon dont le dernier chapitre de la saga du Groenland a pu se jouer. Malgré les signes de crise dans quelques sites de peuplement de l'Ouest, ceux de la colonie de l'Est ne montrent aucun signe d'une fin violente. Au lieu de cela, les colons restants ont récupéré le bois des fermes après leur effondrement, ce qui suggère un lent amenuisement de la population. Le défi de survivre, pour un Groenlandais moyen, a conduit à "une émigration constante" de retour en Islande et en Europe, suppose Fitzhugh, "qui aurait pu amener l'Est [la colonie] à prendre fin pacifiquement, sans famine ou persécutions par les Inuits."

L'équipe espère que les futures subventions du NABO leur permettra de compléter le tableau. Ils sont impatients de commencer de nouvelles fouilles dans la colonie de l'Ouest, où les artefacts pourraient permettre de faire la lumière sur tout contact entre les Scandinaves et les Inuits, une possibilité historique sur laquelle il y a peu de données.

Le temps s'écoule. Les fouilles de Tasilikulooq ont mis au jour des artefacts bien conservés, y compris des cuillères en bois, des bols, et un petit cheval de bois. Mais McGovern craint que son succès ne puisse pas être répété. Il y a trente ans, la plupart des sites de la colonie de l'Est contenaient des os, des poils, des plumes et du tissu bien préservés. Une étude du NABO portant sur 90 sites a démontré, cependant, que la plupart des échantillons d'origine organique "avaient à peu près fini en bouillie" avec le dégel du pergélisol, dit Smiarowski. Tasilikulooq était l'un des trois sites seulement à avoir été épargnés.

Hans Egede, le missionnaire, écrivait qu'il est allé au Groenland il y a 500 ans pour sauver son peuple de "l'oubli éternel". Les archéologues d'aujourd'hui craignent un autre oubli, que la préhistoire du Groenland soit perdue, sauf si elle est rapidement mis au jour. En tant que pionniers qui ont résisté aux changements climatiques, les scandinaves au Groenland peuvent nous léguer des leçons pour la société d'aujourd'hui. Mais les changements mêmes qui ont rendu possible ces leçons d'urgence pourraient les empêcher à jamais d'être entièrement déchiffrées.

viking colonie fouilles Groenland archéologie

  • 1 vote. Moyenne 5 sur 5.